×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Moody’s maintient la pression sur l’Espagne et le Portugal

    Par L'Economiste | Edition N°:3429 Le 22/12/2010 | Partager

    . La note du Portugal sous surveillance négative. Deux régions espagnoles concernées. Le débat sur la responsabilité des agences de notation ravivéLa fin d’année approche et les agences de notation financière donnent leurs opinions. L’une d’entre elles, Moody’s, ne relâche pas la pression sur l’Espagne et le Portugal, deux des pays en première ligne dans la crise des dettes souveraines européennes. Hier, l’agence de notation américaine a annoncé qu’elle réfléchissait à un possible abaissement d’un cran ou deux de la note du Portugal, actuellement de «A1» pour la dette long terme. Ceci en raison de l’impact de son plan d’austérité sur son dynamisme économique. Moody’s avait annoncé début décembre qu’elle envisageait d’abaisser la note des principales banques portugaises en raison notamment de leur «grande dépendance» du financement obtenu auprès de la BCE. L’annonce de Moody’s intervient après celle de Standard and Poor’s qui avait placée la note de l’Etat portugais sous «surveillance négative» le 30 novembre. Le pays s’est doté d’un budget d’une rigueur qui vise à réduire le déficit public de 7,3% du PIB cette année à 4,6% fin 2011, mais la croissance économique sera limitée à 0,2% du PIB selon le gouvernement. La Commission européenne, elle, prévoit une récession de 1%. Un placement sous «surveillance négative», est interprété par les marchés comme une sanction, et risque en lui-même de rendre plus délicat le refinancement de l’émetteur, d’après les analystes. Cette nouvelle initiative pourra raviver le débat sur la responsabilité des agences de notation dans l’auto-entretien de la crise. D’autant que l’une des raisons invoquées, l’impact du plan d’austérité, pourrait être interprétée comme un signal contradictoire par les pays, comme l’Irlande, pressés par les marchés de durcir leur plan d’austérité. Quant à l’autre facteur principal d’inquiétude de Moody’s, il s’agit de la difficulté rencontrée par Lisbonne sur le marché de la dette... L’agence américaine a annoncé aussi avoir abaissé les notes à long terme de deux régions espagnoles, Murcie, de Aa2 à Aa3, et Castille-la-Manche, de Aa3 à A1, après avoir prévenu, la semaine passée, d’une possible dégradation de la note de la dette nationale espagnole elle-même. Moody’s avait prévenu, la semaine passée, qu’elle envisageait d’abaisser de nouveau la note «Aa1» de l’Espagne, s’inquiétant de sa capacité à se financer même si elle juge le pays «plus solide» que l’Irlande ou le Portugal. A noter que l’agence américaine avait dégradé de cinq crans d’un coup la note principale de l’Irlande. F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc