×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mise à niveau du football
    Le nouveau règlement entre en vigueur

    Par L'Economiste | Edition N°:3341 Le 16/08/2010 | Partager

    . Un texte imposé par la Fédération internationale de foot. Une démarche nécessaire pour le professionnalisme prévu en 2011L’adoption d’un règlement du statut du footballeur professionnel répond en fait à une exigence de la FIFA. Celle-ci avait fixé à 2012 la fin de mise à niveau générale du football. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) se soumet enfin aux directives de la Fédération internationale. La mise en place d’un statut du joueur constitue une avancée dans le processus de professionnalisation de la pratique du football. «Le nouveau texte s’inspire des règlements de la FIFA et représente un grand chamboulement par rapport à la situation antérieure», explique Abdeslam Hanat, président du Raja. Pour ce dernier, c’est une étape importante vers l’instauration du professionnalisme prévu au cours de la saison 2011-2012. Le nouveau règlement adopté par la Fédération met également de l’ordre dans les conditions de transfert des joueurs. Ainsi, un footballeur amateur ne peut rejoindre à tout moment un club en tant que professionnel. Par conséquent, seuls les joueurs qui auront signé un contrat professionnel avec un nouveau club d’ici le 12 septembre 2010 (date de la clôture de la période des transferts) et qui n’auront pas joué pour leur club au cours de la saison 2010-2011 peuvent changer de club. Mais dans tous les cas, le contrat professionnel ne pourra prendre effet qu’à compter de la saison prochaine. Le règlement du statut a également pour objectif de fixer les conditions de signature ou de renouvellement des contrats. Autre nouveauté, un joueur ne peut signer avec un nouveau club que si son contrat expire dans les six mois. Au cours de cette période, il doit en aviser son club d’origine par écrit. Autre nouveauté du règlement du statut du joueur professionnel, la fixation d’un smig de 2.500 DH net pour les joueurs professionnels. Le nouveau dispositif reconnaît le statut d’agent et prévoit sa rémunération dans le cadre d’un contrat joueur-club. Et ce n’est d’ailleurs pas par hasard que les agents de joueurs viennent tout juste de se constituer en association pour défendre leurs intérêts dans la perspective de l’entrée en vigueur du professionnalisme au cours de la saison prochaine. Par ailleurs, «pour pouvoir exercer, les clubs de football devront disposer d’une licence. Une sorte de permis pour participer aux compétitions de football en tant que professionnels», ajoute un expert de footbal. Pour y arriver, ils devront répondre à des critères rigoureux, définis par la FIFA, tels que la possession d’un stade, la signature de contrats de travail…


    Exit la formule des licences

    Le nouveau règlement s’applique à tous les joueurs licenciés auprès des clubs affiliés à la Fédération royale marocaine de football. Il concerne aussi bien les clubs d’élite 1 et 2, du Groupement national de football amateur (GNFA) ou de ligue régionale. Parmi les apports du nouveau texte, l’instauration de l’obligation d’un contrat de travail entre le joueur et son club. Un système destiné à remplacer les anciennes licences qui étaient enregistrées auprès de la FRMF. «Par le passé, les patrons de clubs retenaient contre leur gré les footballeurs pendant plusieurs années parce que, contrairement à un contrat de travail, leurs licences n’étaient pas limitées dans le temps», explique un expert. H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc