×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'UMT se prononce sur le projet de couverture sociale

    Par L'Economiste | Edition N°:711 Le 24/02/2000 | Partager


    · Le syndicat estime que le projet nécessite des modifications
    · Il insiste sur la nécessité d'un régime obligatoire


    L'UMT renvoie la balle dans le camp du Ministère des Pêches Maritimes (MPM). Dans une lettre adressée la semaine dernière au ministre des Pêches, M. Mahjoub Benseddik, secrétaire général du syndicat, s'exprime sur le projet de couverture sociale et assurance dans le secteur des pêches maritimes. Il s'agit d'une proposition de "protection sociale globale du marin, de l'armateur et de leur famille", élaborée par une commission ad hoc.
    Daté du 7 février, le document transmis au MPM comprend dix grands points. Globalement, la centrale estime que le projet proposé n'explicite pas les données démographiques et financières sur lesquelles "se sont basés ses auteurs pour établir ce produit, ni les méthodes utilisées pour leurs projections".
    Examinant une par une les formules comprises dans le projet, l'UMT estime qu'elles ne répondent pas totalement aux besoins spécifiques du secteur, caractérisé par un niveau de risque élevé. M. Benseddik précise que la couverture est subordonnée, dans ce projet, à la généralisation de l'assurance "corps de pêche" à l'ensemble de la flotte côtière. Autrement dit, "la pérennité du système proposé est en définitive liée à la conclusion d'un contrat d'assurance (corps de pêche) dont l'initiative est laissée à la seule volonté de l'armateur". Précisons que l'essentiel des pêcheurs opèrent dans le secteur de la pêche artisanale (près de 100.000 personnes) et ne bénéficient d'aucune protection sociale.
    Ainsi, le produit de la retraite est jugé incomplet. La garantie de prévoyance "retraite", souligne le document, est basée sur une adhésion individuelle et facultative, "ce qui ne peut apporter une protection sociale sûre et permanente". Cette formule est également critiquée pour l'absence de la solidarité entre l'employeur et le salarié. "La garantie retraite ne prévoit pas de partage de la cotisation entre les deux, contrairement à la règle en vigueur dans tout régime de sécurité sociale où le principe de solidarité implique un taux de contribution de part et d'autre".
    S'agissant des indemnités journalières de maladie, il est indiqué que la prestation proposée est trop limitée et n'intervient qu'en cas d'hospitalisation et ce, pour une courte durée (120 jours). Aussi, "son caractère forfaitaire ne permet pas de remplacer le revenu pendant la période d'incapacité du travail".
    S'agissant des soins de santé, le secrétaire général de l'UMT met en relief le niveau bas des prestations "comparé à celles généralement proposées par les produits de l'assurance privée". Pour le produit "décès", il est précisé que "les capitaux garantis sont trop faibles dans les deux options du projet".


    Gestion

    Concernant la question de la gestion du régime qui sera instauré, l'UMT indique que quel que soit le statut, privé ou public, du gestionnaire, ce dernier doit être en conformité avec les règles garantissant le caractère obligatoire et l'équilibre financier du régime.
    Ainsi, un gestionnaire privé doit opérer sur la base d'un cahier de charges établi par les pouvoirs publics et approuvé par les partenaires sociaux du secteur formant conseil tripartite de surveillance. Un gestionnaire public, précise l'UMT, doit, pour sa part, opérer sous l'autorité des pouvoirs publics et d'un conseil d'administration comprenant les représentants des employeurs et des salariés du secteur.

    Aniss MAGHRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc