×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L'Onu se dote d’une Commission de consolidation de la paix

    Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

    . Mission: aider les Etats à réussir la difficile transition de la guerre vers la paixL’Onu s’est dotée mardi dernier d’une Commission de consolidation de la paix pour aider les pays sortant d’un conflit à se stabiliser, élément important de la réforme en cours de l’Organisation mondiale. Ce nouvel organe consultatif permanent a été créé par des résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité. C’est «un tournant» dans les efforts de la communauté mondiale «pour aider les Etats et les sociétés à réussir la difficile transition de la guerre vers la paix», a souligné le secrétaire général, Kofi Annan.Selon le Suédois Jan Eliasson, président de l’Assemblée générale, l’objectif est de «créer une nouvelle dynamique, en concentrant (en un organe unique) l’expérience acquise par l’Onu dans divers domaines: prévention des conflits, médiation, maintien de la paix, défense des droits de l’homme et de l’Etat de droit, aide humanitaire, reconstruction et développement».Déplorant que la moitié des pays sortant d’un conflit retombent ultérieurement dans les violences faute d’assistance internationale adéquate, l’Onu cherchait depuis longtemps à créer un tel organe. Haïti, où une mission entre 1995 et 2000 a été un échec, était à cet égard souvent cité en exemple. Une nouvelle mission de l’Onu y est en cours depuis la mi-2004.La création de la Commission figurait parmi les réformes approuvées lors d’un sommet en septembre à New York. A Washington, le département d’Etat, tout en saluant la création de la Commission, s’est toutefois déclaré «très préoccupé par le manque de progrès sur les réformes de la gestion» de l’Onu.Selon des diplomates, plusieurs pays d’Afrique comme le Burundi, la Sierra Leone et le Liberia devraient être parmi les premiers bénéficiaires.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc