×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'OFPPT veut donner un nouveau souffle aux cours du soir

    Par L'Economiste | Edition N°:556 Le 22/07/1999 | Partager

    · Formation modularisable, système individualisé d'orientation, ouverture sur le marché privé, une panoplie d'actions à mettre en place à la rentrée
    · Objectif, renforcer le positionnement de l'Office dans la formation continue


    L'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail compte muscler son intervention dans les cours du soir. C'est ce qui a été décidé sur la base d'un audit des cours, effectué en 1997. Aussi l'expérimentation de cette nouvelle réforme a-t-elle démarré à la rentrée 1997/98. Aujourd'hui, elle est presque généralisée dans le secteur tertiaire et dans l'électronique, notamment.
    Mais ce n'est qu'à la rentrée prochaine que cette nouvelle réforme sera mise en place officiellement. «Elle s'inscrit dans le souci de l'Office de mettre à niveau son dispositif dans le cadre du partenariat avec les professionnels et de mieux répondre aux besoins des entreprises ainsi qu'à la promotion de l'emploi», indique M. Allal Ouahab, directeur de Développement à l'OFPPT.
    L'Office veut en effet renforcer son positionnement dans ce créneau et doubler le nombre de participants à l'horizon 2003. Aujourd'hui, ils sont 14.000 à en bénéficier contre 10.000 en 1995/96.
    Les principales pistes de cette réforme concernent tout d'abord la mise en place d'un nouveau système d'orientation individualisé. Reposant sur une logique professionnelle et non scolaire, ce système permettra de diriger les bénéficiaires selon leurs aptitudes et compétences vers telle ou telle filière. La sélection tiendra aussi compte des projets professionnels des candidats, est-il indiqué auprès de l'OFPPT.
    Autre nouveauté, la modularisation de la formation. Il s'agit de privilégier l'adoption de modules autonomes, qualifiants et capitalisables. Ainsi, chaque module comprend un seuil d'entrée, un contenu et une durée. Les bénéficiaires pourront alors évoluer à leur propre rythme et capitaliser de façon progressive les certificats nécessaires à l'obtention d'une qualification reconnue ou d'un diplôme. Les responsables de l'OFPPT envisagent également d'élaborer une carte de formation selon une logique économique en donnant la priorité aux secteurs productifs. «Il s'agit de répondre à des besoins en qualification et en perfectionnement», explique M. Ouahab. En termes d'accès à ces cours, il n'y a pas de grands changements. Ces cours du soir sont ouverts aux employés des entreprises assujetties à la taxe de formation professionnelle et inscrits à la CNSS, aux travailleurs des administrations et entreprises publiques. De même, les demandeurs d'emploi dans le cadre de la formation-insertion peuvent aussi y accéder. Une expérience professionnelle de deux années, excepté pour les diplômés chômeurs est exigée. Quant aux coûts de formation, ils varient entre 40 et 200 DH par mois, selon le niveau et la filière choisie.

    Malika EL JOUHARI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc