×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'incentive, une thérapie pour cimenter un groupe

    Par L'Economiste | Edition N°:645 Le 24/11/1999 | Partager



    · Outil de motivation des employés, l'incentive doit être manipulée avec précaution
    · Les entreprises marocaines l'assimilent à un voyage d'agrément
    · Avec la multiplication des fusions, les opportunités du marché s'élargissent


    Tout indique que les voyages de motivation vont prendre de l'ampleur sur le marché du tourisme, tirés par la multiplication des mariages et de fusions d'entreprises, puisque les difficultés de cohabitation iront en augmentant.
    Dans une opération de fusion, les mariés sont rarement sur un pied d'égalité. Sans compter que les salariés de chaque camp cherchent à garder leurs réflexes. Face aux salariés de la société absorbée, les troupes de la société absorbante ont tendance à se comporter en terrain conquis. Tout le challenge du management est de gérer les frictions et réussir le mariage des esprits après celui des corps afin que tout le monde tire dans la même direction. Beaucoup de multinationales recourent à la thérapie de l'incentive pour mobiliser leurs troupes, souligne Mme Rita Boucart, directeur général de TPI Global, (TO belge spécialisé dans l'incentive) qui a animé le week-end dernier un séminaire à l'invitation d'Atlas Voyages. Selon elle, "l'incentive est un outil de management par lequel les entreprises utilisent les expériences de voyages exceptionnelles pour motiver ou reconnaître une performance exceptionnelle des participants, le tout dans un contexte d'objectifs globaux de la société".
    A ne pas confondre avec un workshop ou un voyage d'agrément, prévient Mme Boucart, ou encore à un voyage du comité d'entreprise, comme c'est le cas le plus souvent dans beaucoup de structures.

    Technique


    Les participants doivent percevoir le pourquoi et la reconnaissance qu'ils vont en tirer. C'est toute une technique de management des ressources humaines, explique-t-elle.
    C'est pour cela aussi que cet outil doit être bien manipulé, car mal réfléchi et utilisé, il peut se révéler à double tranchant et avoir des conséquences néfastes sur l'organisation.
    D'ailleurs en Europe, plusieurs cadres ont eu la douloureuse surprise de voir le Fisc leur infliger des redressements sur leur fiche d'impôts qui avaient assimilé alors l'incentive à une distribution déguisée des avantages en nature. C'est à l'incentive house, en l'occurrence, l'agent de voyages, de jouer son rôle de conseil auprès de l'entreprise.
    Par rapport aux autres formules de motivation des employés, l'incentive présente plusieurs avantages: la culture du relationnel entre salariés, le renforcement de la "corporate identity", etc. En plus, le déplacement des salariés dans un contexte différent peut aider à la résolution des problèmes de ressources humaines. Dans sa véritable acception, l'incentive n'a pas de prix, indique Mme Boucart.
    Même s'il n'existe pas d'occasions déterminées pour organiser un voyage d'incentive, c'est souvent à la suite d'événements bien particuliers que la demande s'exprime: anniversaire, certification à une norme de qualité, conclusion d'un grand contrat, opération de relations publiques pour prendre de vitesse un concurrent.
    Arrivée des Etats-Unis, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l'incentive a gagné l'Europe où elle était considérée comme un luxe. Au départ, les entreprises voulaient montrer qu'elles gagnent de l'argent. C'était un peu du " m'as-tu vu?". Puis, les interconnexions aériennes et la baisse des tarifs aériens ont permis d'aller vers des destinations lointaines. Aujourd'hui, ce qui est recherché c'est de vivre une aventure mais sans risque.


    Les étapes à suivre


    L'étude des objectifs: La Direction de l'entreprise doit clairement identifier l'objectif poursuivi par l'opération: augmentation de parts de marché, impulsion sur un modèle de produit, etc. En aucun cas, l'opération ne doit se résumer à un voyage. Si la technique peut s'avérer une thérapie "magique", elle n'est pas adaptée à tous les cas. Et c'est à l'incentive house (agent de voyages) de conseiller son client. Par ailleurs, laisser partir ses cadres en incentive sans ses hommes-clés, l'expérience a toutes les chance d'échouer.
    Le choix de la période: La durée de la campagne dépend des objectifs recherchés. A l'agent de voyages de faire le tour des problèmes avec son client avant de fixer la durée et la destination.
    La détermination du budget: L'incentive est avant tout un investissement plutôt qu'une charge. La grande force de l'incentive est qu'elle est suspendue à la réalisation d'un objectif contrairement à la publicité traditionnelle. Il est conseillé de prévoir une marge de sécurité afin d'anticiper des événements imprévisibles (modification des parités monétaires par exemple).
    Choix de la destination: Celle-ci n'est déterminée qu'après avoir défini le thème de l'incentive. Les entreprises ont souvent tendance à mettre la charrue devant le boeuf en fixant la destination a priori. L'accessibilité du pays, et surtout la sécurité sont deux facteurs fondamentaux dans la concurrence entre les destinations. On a beau avoir de beaux sites, mais s'ils ne sont pas facilement accessibles,...
    La communication et la structure de l'action: Elle se fait autour du thème sur lequel est axé le voyage. Par ailleurs, le règlement doit être clairement défini dès le départ, pour éviter que n'émergent des conflits à l'intérieur de l'entreprise. Un minimum de flexibilité n'est pas inutile, quitte à faire prendre en charge une partie des frais aux candidats qui n'auront pas atteint les objectifs fixés. Le suivi de l'opération: L'entreprise doit pouvoir capitaliser sur l'expérience. L'une des grandes tendances actuelles touche la "responsabilité sociale" des orga- nisations, révèle Mme Boucart.
    Choisir le programme du voyage et son DMC ("destination management company"): L'entreprise se basera sur quelques critères: la réputation, les références, le rapport qualité/prix, la créativité, l'équipe, l'impact auprès des fournisseurs, etc.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc