×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Liban/attentats
    Une liste de personnalités à abattre

    Par L'Economiste | Edition N°:2173 Le 16/12/2005 | Partager

    . Six parlementaires antisyriens issus des élections de mai-juinUNE liste “de personnes à abattre” regroupant 6 personnalités politiques libanaises antisyriennes, dont le chef druze et député Walid Joumblatt, a été diffusée jeudi 15 décembre par les médias libanais. Selon le quotidien indépendant Al-Balad, qui cite des sources parlementaires et gouvernementales, les noms de “Walid Joumblatt, des députés Marwan Hamadé (druze), Waël Abou Faour (druze), Samir Frangié (allié du Courant du Futur de Saad Hariri), Elias Atallah (gauche démocratique) et Farid Makari (Courant du Futur) figurent sur cette liste noire des personnalités à abattre”. Ces personnalités font toutes partie de la majorité parlementaire antisyrienne issue des élections tenues en mai-juin après le retrait en avril des troupes syriennes du Liban.La commission d’enquête de l’Onu sur le meurtre de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri avait mis en garde sur l’existence d’une liste noire de personnalités libanaises à abattre, sur laquelle figurait le nom du député et journaliste antisyrien Gébrane Tuéni assassiné lundi dernier. Le ministre et député Marwan Hamadé, oncle de Gébrane Tuéni, et qui avait échappé lui-même à une tentative d’assassinat en octobre 2004, a accusé mercredi Damas de plusieurs assassinats durant la guerre du Liban (1975-1990) et de ceux qui ont encore endeuillé le pays depuis octobre 2004: les attentats visant Gébrane Tuéni et lui-même (Marwan Hamadé). “Il faut mettre hors d’état de nuire ce régime de dictateurs et d’assassins. Nous ne pouvons plus nous taire”, a-t-il dit.Walid Joumblatt, un pilier de la coalition gouvernementale, a abondé dans le même sens. “Le régime syrien doit être changé et jugé. Ce type (Bachar Al-Assad) à Damas est un malade. S’il reste au pouvoir, il n’y aura pas de stabilité au Moyen-Orient”, a-t-il déclaré mardi à la chaîne CNN.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc