×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:260 Le 26/12/1996 | Partager

    · La SCIF reprend
    La SCIF redémarre avec une équipe réduite. Près de 120 personnes sur 500 seront maintenues, conformément au protocole d'accord avec le syndicat CDT. Elle maintient ainsi son activité dans la chaudronnerie, la maintenance industrielle et le montage. Elle pourrait reprendre son activité de fabrication de wagons si les besoins de son client et propriétaire, l'ONCF, s'en faisaient ressentir. Depuis le 1er novembre 1995, la société était à l'arrêt après un bras de fer entre les syndicats et la Direction, ce qui avait compromis la viabilité de l'entreprise.

    · Electricité: Bizarre, bizarre!
    Un phénomène bizarre est observé dans la courbe de la consommation basse tension de l'ONE. Pendant les mois de juillet et août, la consommation a fait un bond de près du double de celle enregistrée en 1995. En attendant que les explications de ces résultats soient affinées, l'Office avance qu'il pourrait s'agir d'un changement de nature de la consommation et des pompages d'eau qui ont lieu en été.

    · Interconnexion Maroc-Espagne sous bonne garde
    Les travaux sur l'interconnexion entre le Maroc et l'Espagne se poursuivent sous «bonne garde». Les pressions des pêcheurs de Tarifa pour empêcher le projet sont continues. L'Espagne dispose de centrales nucléaires, sous plastique, qui pourraient servir, mais elles constituent une menace pour l'environnement.

    · Intempéries/agriculture
    Une évaluation des dégâts causés au secteur agricole par les intempéries est en cours de préparation par l'Association Marocaine des Producteurs Exportateurs de Fruits et Légumes (APEFEL). Les premiers résultats seront connus au début de la semaine prochaine. Déjà, auprès de l'APEFEL, il est signalé que les pertes sont «très importantes» et «concernent plusieurs centaines d'hectares», surtout pour les produits de plein champ dont la pomme de terre. Les régions de Mohammédia, Skhirat et El Jadida ont été très affectées. D'autre part, pour les cultures sous serre, les agriculteurs s'attendent à un retard de la production, accompagné d'une baisse de la productivité.

    · Institut OCP
    L'Office Chérifien des Phosphates a créé un organe en son sein, l'Institut OCP, dont la vocation sera d'accompagner le changement et de soutenir les efforts de compétitivité. Le premier bénéficiaire sera l'OCP lui-même, mais l'Institut peut aussi accueillir des colloques, séminaires ou recherches qui serviraient à l'ensemble du Maroc. Une première activité est programmée pour début janvier sur le thème de la compétitivité.

    · La BMCE Bank-Barclays
    Comme déjà annoncé (Cf L'Economiste du 21 novembre 1996), la BMCE vient de signer l'accord de partenariat avec la Barclays Bank. La BMCE s'installera en janvier dans les locaux de la banque britannique pour assurer la promotion des investissements et des échanges bilatéraux. D'autres implantations en Italie, Allemagne, Hollande et Japon sont prévues dans les mois à venir. Lorsque L'Economiste avait fait état de la stratégie d'internationalisation de la BMCE Bank, des doutes avaient été formulés sur sa volonté réelle...

    · Tomates: Hausse des cours
    Le marché français, durant la semaine du 16 au 22 décembre, enregistre une nette augmentation des cours-Maroc, entre 7 et 7,50 FF/kg, «prix favorisés par la qualité irréprochable de la tomate marocaine et le déficit général de l'offre Maroc et Espagne», indique AFB News, les prix de l'Espagne variant entre 6 et 7 FF/kg. De son côté, le marché allemand connaît une réduction des tonnages offerts, toutes origines confondues, notamment des Canaries, entraînant une fermeté des cours: 13 à 14 DM pour le Maroc, 15 à 16 DM pour les Canaries et 12 à 14 DM pour l'Espagne.

    · Investissements de la Bourse
    Le programme de modernisation de la Bourse va requérir sur les quatre prochaines années quelque 80 millions de DH d'investissements, y compris l'acquisition de nouveaux locaux.

    · Riz: Plus de DPI
    Depuis le 17 décembre, l'importation de riz autre que de semence n'est plus soumise à déclaration préalable d'importation (DPI). Par conséquent, souligne le communiqué du Ministère du Commerce Extérieur, les importations de riz autre que de semence s'effectueront désormais «sous couvert d'un simple engagement souscrit directement auprès de la banque intermédiaire agréée choisie par l'importateur».

    · Pèlerinage: Les punies
    Des mesures disciplinaires avaient été prononcées à l'encontre de plusieurs agences de voyages suite aux plaintes de pèlerins de la dernière campagne du Haj. Voici la liste des «punies»: Interdiction définitive: Adar Tours et Dynastie Voyages de Casablanca. Interdiction de deux ans: Holiday Service d'Agadir, Akersan Voyages de Tétouan, Afric Asfar de Marrakech, Imilchil Voyages de Beni-Mellal et Eagles Voyages de Casablanca. Plusieurs autres agences se voient interdire la commercialisation du Haj pendant une année. C'est notamment le cas de Abdou Voyages, Voyages Schwartz et Hispa Maroc de Tanger, Tak Voyages et Sat Voyages de Fès, Pegase Voyages d'Agadir et Alizé Travel, Adventure Travel Service, Voyages Wasteels de Casablanca. Les agences Magellan de Casablanca et Gharb Voyages de Rabat s'en tirent avec un avertissement.

    · ABM Bank change de nom
    La banque hollandaise ABM Bank devrait changer de nom au courant du mois de janvier pour reprendre le nom de sa maison mère ABN Amro. Cette décision est interprétée dans les milieux bancaires comme un repositionnement qui soulignera le réseau international. Bex Maroc avait entrepris la même action en s'affichant sous le nom de Argentaria, sa maison mère.

    · Conjoncture : Embellie
    La balance courante s'est relativement bien améliorée au terme des dix premiers mois de l'année. Le déficit commercial a baissé de 8% par rapport à la même période de 1995, à 21,9 milliards de DH. Avec un total de 9,957 milliards de DH, les recettes voyages se sont améliorées de 19%, principalement grâce au change manuel (les billets), en croissance de 31% tandis que les transferts RME affichaient une hausse de 7,1% et les virements de 6,6%. Sur la même période, les avoirs extérieurs affichent une augmentation cumulée de 2,178 milliards de DH. Cette embellie est cependant ternie par un recul assez net des investissements privés étrangers. Ils ont enregistré une dépréciation de 8%, s'établissant à 3 milliards de DH.

    · Plan comptable
    La cabinet Arthur Andersen, qui avait été retenu en juillet dernier pour la rédaction du cahier des charges destiné à préparer le plan comptable des établissements de crédit (banques et sociétés de financement) devrait remettre sa copie fin décembre-début janvier. Un appel d'offres sera lancé aussitôt le contenu du cahier des charges approuvé par les donneurs d'ordre (Bank Al-Maghrib, GPBM et APSF), est-il indiqué.

    · Minoteries: Réorganisation
    Le MAMVA vient de mettre en place une commission composée de quatre membres chargée de préparer la création de la Fédération Nationale de la Minoterie. Il est indiqué que cette commission a entamé une tournée nationale pour préparer la mise en place des associations régionales. Celles-ci se regrouperont au sein de la future FNM qui devrait se substituer à l'actuelle Association Professionnelle de la Minoterie (APM).

    · Justice: Ça bouge enfin
    Une Commission mixte composée de cadres des Ministères de la Justice et du Commerce-Industrie-Artisanat visite les importants centres judiciaires du pays pour expliquer les modalités d'application de la SA.
    L'objectif est de sensibiliser la magistrature sur le principe que le texte n'est applicable que d'ici deux ans pour les sociétés déjà existantes et à partir de la sortie du décret d'application pour celles à créer.
    D'autres réunions devraient être programmées dans le but de choisir des juges affectés aux tribunaux de commerce qui doivent voir le jour prochainement. Ils bénéficieront d'une formation spéciale. Parallèlement, le Centre Marocain des Etudes Juridiques a mobilisé des professeurs d'université pour faire le tour des chambres de commerce et expliquer les principes du nouveau droit des affaires.
    _____________________

    · Erratum

    Dans notre édition du jeudi 19 décembre 1996, dans l'article consacré à l'introduction en Bourse de Crédor, une maladresse informatique nous a fait dire que M. Amyn Alami est administrateur délégué de Wafa Bourse, ce qui est faux. M. Alami est président de la Bourse des Valeurs et administrateur délégué de CFG. Nous prions M. Alami et nos lecteurs de bien vouloir nous excuser.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc