×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    Les scoops de la semaine

    Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

    · SBC-BCM: le projet de rapprochement à l'étude.
    Les états-majors des deux banques ont en projet un rapprochement entre les deux établissements. Le projet doit encore être discuté par les Conseils d'Administration respectifs et dans le cas de la SBC, il doit être aussi discuté au sein du Conseil de la SOMED. Le contenu du terme "rapprochement" doit encore être précisé: fusion, accord,...

    · Arrivée de Lafarge dans le béton prêt à l'emploi.
    A travers sa filiale de Tétouan, Cimentos Marroquis, Lafarge investit à l'occasion d'une augmentation de capital réservée de 8 millions de DH chez Readymix-Maroc. Readymix-Maroc a une dizaine de camions-bétonnières sur la région de Casablanca et souhaite étendre son réseau sur l'ensemble du Maroc. L'entreprise a été créée en 1990, par une association entre Readland, le numéro un britannique des matériaux de construction, et le jeune groupe marocain KAT. On fait remarquer, chez KAT, que cet investissement conforte la présence de Lafarge au Maroc, au moment où Les Ciments Français ont eux aussi accru leur présence (voir nos informations sur Lafarge en page 6). On souligne aussi l'architecture du capital de Readymix-Maroc, comprenant le savoir-faire britannique en matière de matériaux, l'appovisionnement à travers Lafarge et Cimentos Marroquis et le groupe KAT, qui s'est fait une spécialité d'investir dans des "niches" où il apporte une innovation technique ou commerciale.

    · Equipements IBM pour les ports.
    L'ODEP a commandé cinq AS 400 pour les équipements des directions régionales. Quatres d'entre eux, des D 10, sont destinés aux ports de Mohammédia, Safi, Agadir et Tanger. Un D 70 est destiné au port de Casasablanca et un D 45 est installé au siège en plus du B 50 qui y fonctionne déjà. L'ensemble de ces équipements est interconnecté. En principe, il sera opérationnel à la fin 1991.
    Par ailleurs, un logiciel a été mis au point pour pouvoir dialoguer avec les équipements Bull de l'Administration des Douanes. La liaison n'est cependant pas établie et il faudra au préalable former un comité regroupant les deux services publics ainsi que les transitaires et les consignataires.

    · Initiatives dans le redressement des compagnies d'assurances?
    On s'attend dans les mois qui viennent à des "initiatives" concernant les cinq compagnies d'assurance placées sous administration provisoire (REMAR, CADA, LA VICTOIRE, LA RENAISSANCE et L'ARABIA). La partie assainissement est en effet terminée ou sur le point de se terminer. L'étape suivante concerne des décisions d'ordre stratégique, qui n'entrent donc pas dans le mandat des administrateurs nommés. Dans un premier temps, il sera demandé aux propriétaires d'apporter des fonds ou à défaut de proposer des partenariats solides capables d'apporter ces fonds ou des garanties. A y regarder de plus près, l'idée séduisante du partenaire étranger semble difficile à mettre en oeuvre. Les coups de sonde lancés par les assureurs montrent en effet que les partenaires pressentis soit ont déjà des participations au Maroc, soit estiment que le coût d'entrée par le biais d'une compagnie en difficulté est trop élevé.

    · ABM-BMCE, on n'en parle plus.
    L'idée lancée il y a quelques temps d'étudier les rapprochements possibles entre l'ABM et la BMCE a été abandonnée, avant même d'être davantage explorée. En effet, la fusion en Hollande entre l'ABN et l'AMRO, renforce le principe chez ce groupe de garder ou d'obtenir le contrôle des établissements dans lesquels la nouvelle entité a des participations. Or, l'ABM se redresse avec un résultat de 20 millions de Dh à la fin septembre et a en outre lancé une augmentation de capital de 50 millions de Dh, pour le porter à 155 millions de Dh.

    · Accord en cours entre 2M et Vidéorama.
    2M International a donné un accord de principe à une proposition de Vidéorama pour créer une émission du type "Espace 3". Il s'agit d'opérations de communication essentiellement interne aux entreprises, mais sur un support externe, la chaîne de télévision. M. Belghiti, président de Vidéorama, indique avoir rencontré un grand intérêt chez les entreprises marocaines pour ce nouveau produit.

    · Jugement du marché des portiques pour le terminal conteneurs.
    L'ODEP a reçu dix offres pour son marché de deux portiques pour le futur terminal à conteneur, dont les travaux viennent de commencer sur le port de Casablanca. Ce marché est évalué à 10 millions de Dollars et devraient être jugé dans les jours qui viennent. La partie génie civil du terminal devra être achevée dans deux ans. Le montant des travaux est de 510 millions de Dh, dont près du tiers en autofinancement. Le reste est pris sur un crédit de la Banque mondiale. Les ingénieurs font remarquer à propos de ce chantier que les attributaires des travaux ont emporté le marché en soignant la mise en oeuvre des matériaux.

    · Association des Transitaires, toujours deux têtes.
    L'Association des Transitaires Agréés en Douane du Maroc a toujours deux bureaux concurrents. Le premier a à sa tête M. M'hamed Seqat et comprend 2O membres. Quatre d'entre eux sont aussi membres de l'autre bureau, présidé par M. Azzedine Berrada. Les deux bureaux ont publié des communiqués dans la presse et ont organisé, chacun de son côté, des journées d'information technique sur les équipements informatiques. Bull était accueilli par le bureau de M. Berrada; Agena, Forum, Olivetti et Diagone étaient à la présentation organisée par le bureau présidé par M. Seqat. En eux-mêmes, les statuts de l'Association ne permettent pas de sortir de l'imbroglio. Aussi, chacun évoque-t-il le recours à la Justice.

    · Ventilation dans le hangar des agrumes.
    Le hangar des agrumes et primeurs du port de Casablanca sera ventilé à partir de cette campagne d'exportation. Les producteurs et exportateurs d'agrumes et de primeurs le demandaient depuis des années, d'une part pour éviter les poussières de phosphates et d'autre part pour abaisser la température. L'équipement a coûté, au total, 12 millions de Dh.

    · Une autre association de consommateurs.
    Une nouvelle association pour la défense des consommateurs est en cours de création. Ses statuts devaient être déposée ces jours-ci. Ses promoteurs voudraient contribuer à la formation d'un "conseil supérieur de la qualité", de composition tripartite: représentants de l'Administration, représentants des producteurs et représentants des consommateurs. Elle devrait aussi se concevoir comme une assistance aux divers services publics qui aujourd'hui se partagent les compétences qui reviennent en principe au seul Service de Répression des Fraudes, du Ministère de l'Agriculture et de la Réforme agraire. Echappent notamment au Service de la Répression des Fraudes, les hydrocarbures, la pharmacie, ... Comme les tentatives précédentes, les promoteurs de cette association jouent la discrétion, attitude surprenante si l'on ne sait pas que dans ce domaine les acteurs préfèrent avancer masqués.

    · Nouveau bureau de l'Association des Industries Minières.
    M. Mourad Chérif, ancien vice-président, a été élu président de l'Association des Industries Minières. M. Taieb Skalli (Touissit), président sortant est élu vice-président. Les autres vice-présidents sont MM. Mohamed Fettah (qui remplace en sa qualité de nouveau directeur général de l'OCP, M. Mohamed Karim Lamrani), Fouad Filali (ONA), Abdou Kettani (SACEM), Assou Lhatoute (BRPM). M. Ali Bougrine (SMA) est trésorier. M. Taya Belmlih conserve ses fonctions de secrétaire général.

    · WAC-Banque Populaire : le mariage de raison
    L'image du WAC est celle d'un club riche, doté d'installations modernes, versant des millions pour s'offrir des attaquants sénégalais, et dirigé par le gratin des affaires... A l'inverse se trouverai son éternel rival casablancais, le Raja, club populaire et démuni.
    En fait le WAC a connu difficultés financières, déficits et coupures d'eau.
    Après "la période des fiançailles" selon l'expression du président de la Banque Populaire, le mariage a eu lieu récemment avec cette dernière. Le sponsor a déjà injecté quelque quatre millions de dirhams dans les finances du club pendant la période des fiançailles.
    La répartition sur les 13 disciplines sportives du club est laissée à l'appréciation de son comité directeur, le football reste néanmoins le principal bénéficiaire.

    Deux cadres de la Banque Populaire seront détachés auprès du WAC pour gérer cette enveloppe et, d'une manière générale, mettre en place un système efficace de gestion des finances.
    En contrepartie, la Banque attend de cette opération de sponsoring un impact publicitaire sur le public nombreux du club, du sport et de la TV, car les joueurs porteront sur le maillot le nom et le logotype de leur sponsor.
    Avec un cheval comme mascote, il faut s'attendre à de grands galops sur les terrains.

    · Agence nationale pour l'emploi en février.
    Une agence nationale pour l'emploi autonome, suite à l'accord du ministère de l'Emploi et des Finances démarrera à compter de février 1992.
    Elle sera chargée de l'intermédiation sur le marché du travail pour chacune des sept régions économiques.
    Elle sera dotée d'un budget et de cadres compétents et permettra de suivre au jour le jour le marché et sera montée avec la coopération de pays étrangers.

    L'équipe de L'ECONOMISTE a enregistré un nombre considérable de réactions d'encouragement et d'approbation, à l'occasion de la sortie, hors commerce, du numéro 0.
    Les réactions sont à ce point positives que nous avons du mettre en place plus rapidement que prévu notre système d'abonnement.
    Que les lecteurs et amis auxquels nous n'avons pas pu répondre trouvent ici nos plus chaleureux remerciements par la confiance qu'ils ont témoignée envers la qualité de L'ECONOMISTE avant même sa diffusion en kiosque.
    Nous les prions de nous excuser de taire pour des raisons évidentes de stratégie, les motifs invoqués pour expliquer leurs réactions chaleureuses.











    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc