×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les premiers jalons de la restructuration

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    La loi d'orientation organisant l'agriculture est attendue fin octobre. Mais la restructuration du secteur a déjà commencé.


    «L'Agriculture est un secteur spécifique, il lui faut un traitement spécifique», confiait M. Abdelaziz Meziane Belfikih, ministre de l'Agriculture, de l'Equipement et de l'Environ-nement, lors de sa dernière sortie devant la presse le 17 septembre. Le ministre réitérait ainsi la vision des pouvoirs publics sur un secteur malmené par les perturbations climatiques et les nouvelles donnes régissant les relations économiques internationales. En annonçant des mesures pour résoudre des problèmes conjoncturels (dont le rééchelonnement de la dette des agriculteurs, voir tableau ci-contre) et jeter les bases d'une politique à long terme, le gouvernement a voulu donner un signal fort destiné à rassurer petits et grands opérateurs. Financièrement, l'effort est sensible. Un budget de près de deux milliards de DH est prévu pour alléger les dettes des agriculteurs et encourager l'investissement dans le secteur.
    M. Meziane a promis d'attaquer le mal à sa racine. Fin octobre, son département finalisera la rédaction d'une loi d'orientation de l'Agriculture. Il s'agit d'un ensemble de textes relatifs au financement, à l'eau, au foncier et à la recherche, entre autres.
    En attendant, les experts du Ministère de l'Agriculture ont déjà jeté les bases de la restructuration dans quelques filières.
    Du point de vue de l'organisation des opérateurs, le Ministère a réalisé une étude sur la restructuration des Scam (Sociétés des Coopératives Agricoles Marocaines) actuelle-ment très mal en point.

    Les autorités de tutelle entendent également «pousser» les opérateurs à renforcer leur partenariat. C'est le cas du récent accord producteurs de maïs-provendiers et celui qu'avaient conclu l'Aspot (Association des producteurs des Plantes Oléagineuses et Textiles) d'une part, la Comapra et Lesieur de l'autre. Pour les agrumes et primeurs, les objectifs du Ministère consiste à consolider et promouvoir les exportations. Le programme d'actions en place comprend le lancement de la première tranche de l'extension et du renouvellement du verger agrumicole. Un programme de plantation portant sur une superficie de 34.000 ha est prévu sur la période 1998-2005.
    Par ailleurs, le projet de création d'un centre interprofessionnel de recherche et de développement prévu à Ait Amira (Agadir) est en phase de bouclage. Le Ministère est en train de définir les dispositions permettant le démarrage des exportations de tomates rouges sur le marché américain à partir de décembre 1998.
    D'autres dossiers sont en cours d'étude. Parmi les plus importants, l'assainissement de la situation de Frumat. Cette société devrait pouvoir s'appuyer sur un fonds de soutien de 60 millions de DH, financé à parts égales par l'Etat et les producteurs.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc