×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Les pharmacies informatisent les gardes

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Le dispositif opérationnel dès janvier 2011. De nombreux dysfonctionnements dans le système actuelAprès Tanger, Tétouan, Fès et Meknès, c’est au tour de Casablanca de mettre fin à la pagaille des gardes dans les pharmacies! Le Syndicat des pharmaciens de la capitale économique est en train de mettre en place un système de gestion informatisé. Un dispositif devenu nécessaire suite aux dysfonctionnements qui caractérisaient le système actuel d’attribution des gardes. Un système qui ne tient compte d’aucun critère logique dans la désignation des officines de garde, reproche-t-on. De plus, Casablanca était divisée de manière aléatoire en 10 secteurs où les pharmacies étaient mal réparties. Résultat: certaines zones sont mieux servies que d’autres. En outre, les secteurs, qui étaient formés par délimitation arbitraire avec intervention du facteur humain, étaient source de division, de controverse et d’inégalité. A noter que la métropole compte environ 1.200 pharmacies. Environ 42 pharmacies assuraient la garde des weekends, des jours fériés, Ramadan… Mais certaines pharmacies se voyaient attribuer la garde plus souvent que d’autres du fait qu’elles se trouvaient dans des petits secteurs. Car, hormis le principe du chaînage, le critère géographique ne pouvait pas être respecté. Par conséquent, aucune distance minimale n’était appliquée. Ce qui défavorisait à la fois les pharmacies en termes de chiffre d’affaires et les clients, obligés de chercher une officine proche de leur lieu de résidence. Plus encore, dans le schéma actuel, certaines pharmacies sont parfois obligées d’assurer des permanences 24 h/24, 7j/7. Cela dépasse les capacités humaines. Une fois implémenté en janvier 2011, Logigarde, puisque c’est le nom de la solution en cours de mise en œuvre, devra mettre fin à cette situation. En effet, il permettra d’effectuer un changement quotidien des gardes, du lundi au vendredi, avec une équipe pour les weekends. De plus, le nouveau système permettra d’assurer un traitement équitable pour toutes les pharmacies en termes de tour de garde. «Le programme se base sur les positions prises par GPS et le calcul des distances entre les pharmacies. Contrairement au système actuel, Logigarde fait abstraction des secteurs, remplacés par un seul secteur, qui est la ville de Casablanca. Il servira également à déterminer une distance minimale entre ces pharmacies, (2.000 m, par exemple). Ce qui aura l’avantage d’assurer une plus large couverture géographique de la ville», explique Mohamed Khouyi Baba, consultant en solutions informatiques. Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc