×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Les «Oranje» réinventent le football de rue

    Par L'Economiste | Edition N°:3334 Le 05/08/2010 | Partager

    . Le tournoi du Panna Knockout a connu un succès inespéré. Le concept vient des Pays-Bas FRANC succès du tournoi «Panna Knockout Tour 2010». Initié par l’ambassade des Pays-Bas au Maroc, la compétition s’est tenue du 27 juillet au 2 août dans 4 villes du Royaume: Casablanca, Tanger, Al Hoceima et Nador. Objectif: promouvoir cette autre version du football de rue au Maroc. Un sport où la technique et l’artistique ont plus de valeurs que le nombre de buts inscrits. A noter que les villes du Nord et du Rif qui ont accueilli la compétition abritent une forte communauté de Marocains résidents en Hollande. La compétition a, par ailleurs, un côté social: la participation est gratuite. Ainsi un grand nombre de jeunes et moins jeunes ont pu découvrir ce nouveau sport». Le Panna connaitra certainement un grand succès auprès des jeunes Marocains, de par son principe, similaire au foot de quartier, et le peu d’espace que nécessite la pratique d’un tel sport», affirme Mouad Jamaï, gouverneur à la wilaya de Casablanca.Le principe du Panna KnockOut est simple. Il s’agit de matches de 3 minutes opposant deux joueurs sur un petit terrain de 6 x 4m. Celui qui marque le plus de buts gagne. Sauf quand un joueur passe le ballon entre les jambes d’un adversaire et le récupère. Ce classique ‘petit pont’ (ou ‘Panna’ en néerlandais argotique) est l’ultime but et donne la victoire immédiate avant la fin du temps réglementaire. D’où le nom de «Panna KnockOut » (Panna KO). L’objectif est de dribler l’adversaire sans suer, le tout sous les beats de musique hip-hop et dans une atmosphère détendue.En fait, la base du jeu se trouve dans la rue. C’est surtout grâce à des joueurs d’origine marocaine et surinamienne que l’aspect show a pris une grande ampleur. « Comme nous le remarquons dans les quartiers, montrer ces gestes techniques est devenu la manière de se présenter soi-même», est-il indiqué. Les jeunes s’entrainent donc régulièrement pour trouver les gestes les plus fous qui déstabilisent l’adversaire. Avec bien sûr le Panna comme objectif principal. En réalisant un Panna, on gagne le respect de l’adversaire et on devient le héros du quartier. En clair, respect et fair-play sont la devise de ce sport très apprécié dans les quartiers populaires des villes hollandaises. On accepte de perdre, reconnaissant que l’adversaire à été tout simplement meilleur.Reste à préciser que depuis 2004, Panna KnockOut organise des tournois, des shows freestyle et des ateliers techniques. Chaque année, environ 200 tournois sont organisés en tour pré-éliminatoire pour la grande finale du championnat néerlandais du Panna KnockOut. Le Panna International en est encore à ses débuts. Des tournois ont déjà été organisés en Belgique, Angleterre, Ecosse et en Suisse.M. Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc