×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Les nouvelles méthodes de sécurité : La télésurveillance pour remplacer les portes blindées

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager

    A mesure que la fonction de sécurité prend de l'importance dans l'entreprise, de grands groupes spécialisés investissent l'activité. ECCO, entreprise de travail temporaire qui veut développer le créneau, s'est installée au Maroc fin 1995.


    La sécurité ne se limite pas à veiller sur les êtres humains mais aussi sur les biens, marchandises et matériels. Si les hommes peuvent être agressés, blessés ou battus, le matériel, quant à lui, peut être incendié, volé ou cassé. Le séminaire organisé par le groupe ECCO, spécialisé dans la sécurité, la surveillance, le gardiennage et le travail temporaire, a été une occasion pour soulever un certain nombre de questions relatives à la profession. L'ère des barreaux et des portes blindées est bien révolue, rappelle un intervenant. Aujourd'hui, c'est la télésurveillance qui prend le relais à travers la pose de caméras à des endroits bien étudiés et la transmission des informations vers une unité centrale gérée par un individu. Il existe même des caméras qui déclenchent un signal d'alarme dès qu'un simple mouvement est identifié dans leur champ visuel. Ce système est programmé généralement pour la nuit à un lieu où il ne doit pas y avoir de passant.

    Vide juridique

    En Europe, plusieurs parkings ont été munis de caméras pour identifier les personnes et les matricules de véhicules à l'entrée et à la sortie. Le nombre de vols de voitures a été considérablement réduit. Des banques ont été par ailleurs dotées de systèmes de caméras pour vérifier les entrées et les sorties. Mais les visiteurs et les employés de certaines banques n'ont pas été ravis de se voir filmer matin et soir. Sur le plan légal, est-il autorisé de filmer les gens sans leur accord?, s'interroge l'assistance. Ce à quoi répond le responsable d'ECCO: l'absence d'un cadre juridique en la matière au Maroc et jusqu'à récemment en France, n'empêche pas l'utilisation des systèmes de caméras. Car finalement, c'est le propre domaine de l'entreprise qui est en question.
    Outre la télésurveillance, des systèmes anti-incendie très perfectionnés sont aujourd'hui installés dans bon nombre d'établissements. Ces systèmes sont tellement fiables qu'ils peuvent détecter une étincelle qui vient de se déclencher. Différents signaux peuvent être émis en fonction de l'importance du feu.
    Si les grandes entreprises équipées de matériel coûteux font appel à des spécialistes de la télésurveillance, les petites entreprises préfèrent les gardiens. Mais en matière de surveillance, le matériel ne peut être dissocié de l 'individu qui veille sur son fonctionnement.

    Un métier avant tout

    Le gardiennage est un métier avant d'être un moyen de sécurité, indique un intervenant. C'est pourquoi il faut s'attacher à mettre en confiance et à motiver le personnel assurant cette tâche. Même si ce métier reste peu rémunérateur, le gardien aura une grande satisfaction quand il sauvera une vie ou mettra fin à un incendie. Et c'est sur ce point qu'il faut insister pour motiver le personnel de gardiennage.
    Plusieurs visites ont été effectuées par les responsables d'ECCO sur le terrain pour voir les conditions de travail des gardiens et leur degré de motivation. Un petit sondage sur quelques principes de base relatifs à la profession a été réalisé auprès de quelques gardiens. Les responsables ont été des fois surpris des réponses recueillies. Il s'agit par exemple d'une question du genre "qu'est-ce que vous allez faire en cas de déclenchement de la sirène?" ; réponse..."c'est l'heure du souper". Un autre gardien a été trouvé dans son poste vêtu de jean et espadrilles et accompagné de son petit caniche. Ce pauvre gardien s'est laissé contrôler par des responsables dont il ne relève pas, faute de savoir maîtriser son métier.

    Hicham RAÏQ.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc