×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Les lignes d’Air Horizons suscitent des convoitises

    Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

    La compagnie aérienne française Air Horizons a été placée en liquidation judiciaire le 8 décembre par le tribunal de commerce de Bobigny, en Seine-Saint-Denis (France). Cette issue était inévitable dans la mesure où le plan de redressement proposé par son propriétaire, l’homme d’affaires franco-égyptien, Raymond Lakah, était inefficace. Les 275 salariés de la société recevront leur lettre de licenciement à l’issue d’une réunion du comité d’entreprise qui doit se tenir incessamment. Hassan El Mesnaoui, chargé du développement Maghreb à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Montpellier, revient sur cette affaire. . L’Economiste: Le tribunal de commerce de Bobigny a prononcé la liquidation d’Air Horizons. Comment expliquez-vous cette décision?- Hassan El Mesnaoui: C’était prévisible. Le plan de redressement proposé par le propriétaire de la compagnie, l’homme d’affaires franco-égyptien, Raymond Lakah, ne tenait pas la route. Il a proposé d’investir un montant de 200.000 euros que le tribunal a jugé insuffisant. Air Horizons était en cessation de paiement depuis le 14 novembre en raison d’une dette suspecte estimée à 20 millions d’euros. Les 275 salariés de la société recevront leur lettre de licenciement à l’issue d’une réunion du comité d’entreprise qui doit se tenir très bientôt. Une expertise des comptes de la société devrait toutefois avoir lieu dans les mois prochains pour établir la nature et l’étendue des relations économiques et financières entre les compagnies Air Horizons, Star Airlines, le tour-opérateur Safar Tour et la holding du groupe, Angel Gate.. Quelle position prend la CCI de Montpellier à l’égard de cette liquidation?- C’est très malheureux de voir qu’au bout de deux ans Air Horizons a déposé son bilan. Aujourd’hui, nous encourageons les compagnies, mais nous faisons beaucoup plus attention aux critères de solvabilité. En clair, nous négocions avec des compagnies solvables qui ont prouvé leur compétence en matière de transport. Ce que nous souhaitons, c’est qu’une compagnie nationale, comme Royal Air Maroc, réalise une étude de marché. Elle constatera que les lignes qui étaient exploitées par Air Horizons sont prometteuses, mais que les prix doivent être attractifs. La réduction des tarifs de la RAM est obligatoire. Toutefois, nous sommes très contents parce que le gouvernement marocain suit de très près ce dossier pour trouver une solution.. Est-ce qu’il y a des compagnies qui souhaitent aujourd’hui reprendre l’exploitation des lignes desservies auparavant par Air Horizons?- Il faut noter qu’Air Horizons avait comme principal affréteur Safar Tour qui a trente ans d’expérience. Ce dernier sert principalement les Marocains résidents à l’étranger (MRE) et de nombreux touristes. Exemple à l’appui, depuis l’ouverture des lignes Montpellier/Marrakech et Montpellier/Casablanca, Safar Tour dessert plus de 35% de passagers européens. Et plusieurs compagnies, sans dire leurs noms, s’y intéressent. Propos recueillis par Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc