×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Les investissements étrangers encore loin des prévisions

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Les investissements étrangers privés au Maroc se sont établis à près de 1,7 milliard de DH à fin juillet 1994, selon le Ministère du Commerce Extérieur (MCE). D'après les prévisions établies en début d'année par ce même Ministère, les promoteurs étrangers devraient investir entre 10 et 11 milliards de DH en 1994, soit le double du montant enregistré en 1993 (5,48 milliards). Vu le niveau atteint à fin juillet, il semble difficile d'atteindre un tel chiffre.

    Les trois quarts environ du montant investi au cours des sept premiers mois de l'année proviennent essentiellement de quatre pays. Il s'agit de la France (460 millions), de l'Espagne (334), de l'Arabie Saoudite (224) et de l'Italie (224).

    Le secteur chimie-parachimie conserve tout son attrait. Quelque 737 millions de DH ont été en effet investis par ces quatre pays dans cette seule branche. En tenant compte de l'Algérie, les industries chimie-parachimie auront attiré 886,7 millions de DH. Les Français y ont consacré 224,2 millions de DH, soit 49% de leurs investissements, contre 212,5 millions pour les Espagnols (63,6%), 103,3 millions pour les Italiens (46,1%),197,1 millions pour les Saoudiens (88%) et 149,5 millions pour les Algériens (95,2%).

    L'intérêt voué à cette branche provient du fait qu'elle comprend des "valeurs sûres" telles que le bâtiment, notamment les ciments et les carreaux, et de plus en plus la pharmacie. En 1993, les investissements étrangers avaient augmenté de 28%, passant de près de 4,29 milliards de DH en 1992 à environ 5,48 milliards l'année suivante. Cet accroissement est "la traduction d'un réel succès des privatisations", estime le MCE.

    Les capitaux étrangers privés intervenus dans le processus de privatisation ont totalisé 1,29 milliard de DH, ce qui représente 57,6% du montant global des privatisations et 23% du montant des investissements étrangers privés. Ce sont les groupes suisse Holderbank (ciments) et anglo-néerlandais Shell qui ont procédé aux "plus grosses" acquisitions, indique le Ministère. Le cimentier a en effet repris 51 % de la Cimenterie de l'Oriental (Cior) pour un montant de 614 millions de DH. La transaction de Shell a porté sur 50% de Shell Maroc et a coûté 450 millions de DH.

    Les capitaux étrangers privés ont été consacrés pour 28% à des investissements productifs de l'industrie. Le secteur pétrolier a drainé 488,1 millions de DH et les mines 238,7 millions de DH. Concernant les investissements financiers, les banques et holdings étrangères ont sensiblement augmenté leurs investissements. Ceux-ci sont passés de 780 millions de DH en 1992 à 2,05 milliards de DH en 1993.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc