×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    «Les discussions avec RAM n’ont jamais été rompues»
    Entretien avec Karim Baïna, président de Jet4you

    Par L'Economiste | Edition N°:3418 Le 06/12/2010 | Partager

    . Pour la prise de participation de 60% de Jet4you. La compagnie peaufine son modèle économique. 3,5 millions de passagers, 26 routes ouvertes en 4 ansL’avènement des compagnies aériennes low-cost a révolutionné l’activité touristique dans le monde. Au Maroc, son apport est considérable surtout dans la réalisation des objectifs de la Vision 2010, notamment les 10 millions de touristes. Le modèle économique de low-cost a «démocratisé le voyage». Mais il a fait de l’ombre aux compagnies aériennes dites régulières - L’Economiste: Le tourisme, c’est surtout le transport aérien, notamment l’offre low cost. Combien pèse-t-elle au Maroc? - Karim Baïna: L’Accord d’open sky avec l’Union européenne a clairement permis de stimuler le trafic passagers entre l’Europe et le Maroc par la hausse des dessertes. Les low-costs ont joué un rôle prépondérant dans le dynamisme de l’activité touristique. En quelques années seulement, elles sont parvenues à 45% de parts de marché européennes sur les routes où elles opèrent. Concernant Jet4you, en 4 ans, la compagnie a ouvert 26 destinations dont 12 sur le marché français en veillant à assurer un maillage performant en points à points régionaux. C’est le 2e opérateur aérien entre le Maroc et la France.- Le modèle low-cost est-il durable? Ses détracteurs lui reprochent aussi d’être «low service»?- Ce qui est sûr, c’est qu’il a fait ses preuves sur le marché européen et la croissance continue qu’affiche l’activité dénote bien de la viabilité de ce concept. Ce modèle est d’autant plus durable qu’il contribue souvent à une création de marché. Il se pérennise car, non seulement il s’ancre dans les réflexes d’achat des voyageurs, mais la maîtrise et la gestion optimale des charges fait qu’il offre des tarifs toujours plus compétitifs. Ce qui entraîne de fait une augmentation du trafic et des fréquences de voyages.- Les Smart-shoppers (internautes) ont fait le succès du low-cost. Jet4you réalise une partie de ses ventes via des agences de voyages. Comment l’expliquez-vous?- Plus de 85% de nos ventes sont effectuées à travers notre site, avec plus de 11 millions de visiteurs par an. Néanmoins, il faut distinguer entre les marchés émetteurs. En Europe où non seulement la culture du web devient prépondérante, mais où le e-commerce fait partie intégrante des modes de consommation, la majorité de nos ventes, en dehors des transactions avec des tour-opérateurs, sont des ventes directes. Nous vendons également beaucoup au travers des agences de voyages sur le Net (Expedia, Go-Voyages, Last Minute…). Pour le Maroc, la situation était différente au lancement de la compagnie. La culture et le réflexe web s’y installent progressivement, tout en sachant que la plateforme de transactions électroniques et le paiement sécurisé par carte bancaire sont relativement récents. Pour compléter et étoffer nos canaux de distribution, nous avons mis en place un réseau d’agences de voyages partenaires réparties sur l’ensemble du pays.- Où en est-on des pourparlers avec Royal Air Maroc?- Une lettre d’intention a été signée entre la RAM et TUI pour une prise de participation de RAM dans la compagnie Jet4you. Cette lettre d’intention vise les modalités et met en place le cadre de nos discussions. Les études sont en cours en vue d’aboutir sur un accord concluant pour l’intérêt partagé des deux parties.


    Quid du développement des routes touristiques

    Filiale du groupe TUI, Jet4you a été créée en 2006. La compagnie dessert 26 destinations sur 5 pays européens et a déjà transporté 3,5 millions de passagers. L’objectif, selon Karim Baïna, son président, c’est de continuer à développer et à densifier le réseau, en desservant non seulement les capitales européennes, mais également en assurant du point à point de métropoles régionales européennes aux principales villes du Maroc. Elle relie déjà 10 villes marocaines à l’Europe. Propos recueillis par Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc