×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
    Eau/Electricité: Décryptez votre facture!

    Par L'Economiste | Edition N°:3430 Le 23/12/2010 | Partager

    . Le calcul mensuel se fait au prorata-temporis. Faute d’index, c’est la moyenne des 12 derniers mois qui sert de référenceLes factures d’eau et d’électricité sont généralement compliquées à lire pour les ménages. Cette illisibilité est souvent source de contestation du montant. Peu de gens comprennent en effet les rubriques de la facture d’électricité. La facture est conçue de façon à donner toutes les informations dont le client a besoin. D’abord la consommation de l’eau et de l’électricité, des histogrammes présentés sur la facture pour permettre au client de comparer la consommation du mois facturé par rapport aux 12 derniers mois. «Nous incitons nos clients à contrôler leur consommation et à se poser des questions en cas de variation importante de celle-ci. Ensuite, le montant de chaque facture.», souligne-t-on auprès de la Lydec. Pour plus de visibilité dans la lecture de la facture, les consommations par tranche sont indiquées en fonction du nombre de jours séparant les deux relèves d’index, celui du mois concerné et celui du mois précédent. En général, la durée qui sépare deux relèves d’index est de 30 jours. «Lorsque cette durée est plus ou moins longue, le calcul des consommations dans chaque tranche est ajusté en conséquence pour ne pas pénaliser ou favoriser un client», explique Jawad Benhaddou, directeur des Systèmes d’information et du développement clientèle à Lydec. Un calcul qui se fait donc au prorata-temporis. Ainsi, tout consommateur paie en principe le juste prix de sa consommation.De plus, les informations détaillées figurent au verso pour permettre au client de décrypter sa facture et les détails de ses consommations en cas de réclamation.Toutes les consommations d’électricité et d’eaux sont soumises à une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) déclinée en 3 parties: 7, 14 et 20%. La taxe pour la promotion du paysage audiovisuelle contestée par certains, est exonérée pour ceux dont la consommation d’électricité ne dépasse pas les 50 KWH. Au-delà de ce seuil, elle est payée selon la consommation d’électricité. Et ne peut dépasser 600 DH au maximum annuellement pour les grands consommateurs. Par ailleurs, la décision d’augmenter les prix de consommation revient aux autorités gouvernementales et à l’autorité délégante (le Conseil de la Ville). Aucun ajustement tarifaire ne peut s’opérer sans la décision formelle de l’autorité délégante. Une fois l’augmentation décidée, des réunions se tiennent pour définir les modalités d’application. Pour la Lyonnaise des Eaux de Casablanca, la relève des compteurs est faite mensuellement pour les clients grand public, soit 98% des clients. Les agents utilisent dans cette opération des assistants numériques (PDA) qui permettent des contrôles de vraisemblance des consommations par rapport à l’historique des consommations. Dans le cas où l’index n’est pas disponible, la consommation sera estimée sur la base de l’historique des 12 derniers mois et sera régularisée dès lecture du compteur. Les factures ainsi calculées sont éditées et contrôlées par les chefs de zones encaissement et encaisseurs avant leur distribution.Mohamed AZMANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc