×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    LES CAHIERS DE L’EMERGENCE
    Audit énergétique: Le bilan de santé de vos installations

    Par L'Economiste | Edition N°:3430 Le 23/12/2010 | Partager

    . Une approche qui porte sur le diagnostic du système existant. Identifier les déperditions avant de déployer les recommandationsTOUTE entreprise peut réduire sa facture d’énergie de 10 à 15%, voire au-delà. Mais, pour y arriver, l’audit énergétique est un prérequis. C’est une démarche qui permet de faire le point sur la consommation d’énergie et de définir les meilleures solutions techniques à mettre en œuvre pour réduire sa facture d’énergie. «Il s’agit d’un outil de gestion de l’énergie qui porte sur les volets thermique et électrique», explique Mohamed Belhaj Soulami, directeur général de Cleantech, PME spécialisée dans les technologies propres. L’audit thermique consiste à collecter des données concernant les caractéristiques des équipements, les données de consommation (fioul, propane, eau, produits chimique…), les données de production, les conditions opératoires… Quant à l’audit électrique, il consiste en une analyse complète de la qualité du réseau électrique au sein de l’usine en termes de pollution harmonique, de chute de tension ou encore de perte de ligne. Le diagnostic des installations électriques équivaut à établir le bilan de santé des principaux équipements tels que les transformateurs, les redresseurs, les onduleurs, etc.Ainsi, les principaux axes à surveiller concernent, entre autres, les coupures de réseau, les fluctuations, la localisation et le relevé des perturbations sur le circuit… Autant de données qui permettent de relever les caractéristiques du réseau de distribution électrique et de les comparer aux normes internationales en matière de chute de tension et à l’équilibrage des intensités. Des solutions peuvent ensuite être proposées par l’auditeur énergétique pour améliorer la qualité du réseau.Plusieurs procédés peuvent être utilisés pour procéder à l’audit énergétique. «La thermographie par caméra infrarouge est une technique extrêmement puissante. Elle permet d’établir à distance, sans aucun contact, un diagnostic de l’état d’un système électrique, mécanique, thermique, pendant son fonctionnement», explique Belhaj Soulami. La caméra thermique est ainsi utilisée pour inspecter la maintenance préventive d’organes de production ou encore le système électrique incluant l’armoire électrique ou les transformateurs basse, moyenne et haute tensions… L’assurance qualité en production comme l’analyse de la distribution de température, le processus et contrôle comme le four, le niveau de cuve, le purgeur de vapeur peuvent également être inspectés.La camera thermique a pour avantage de pouvoir détecter les surchauffes mécaniques et électriques. «Ce qui permet de mettre en place des actions de maintenance moins coûteuses qu’un arrêt de production», précise l’expert en audit énergétique. Quant aux analyseurs de réseaux électriques, ils servent à mesurer à une ou trois phases de la puissance (active, réactive ou apparente) le facteur de puissance, l’angle de phase, la tension, le courant… Au début, l’audit énergétique relevait des attributions de l’Office national d’électricité (ONE). Cette activité a été par la suite déléguée à l’Agence de développement de l’énergie renouvelable et de l’efficacité énergétique (Aderee). Mais celle-ci est restée injoignable. Toujours est-il que l’audit énergétique peut être effectué par des cabinets spécialisés.


    Appareils énergivores

    LES principales sources de déperdition énergétique sont le chauffage dans les habitations et les bureaux, les consommations classiques (appareils ménagers, lumières…), les consommations d’eau chaude et celle des sanitaires. Les consommations liées aux besoins de cuisson: four, appareils de cuisson… Selon Veolia Services à l’Environnement Maroc, les dépenses pour le chauffage et la climatisation représentent le plus gros d’une facture énergétique: 65%. Quant aux consommations classiques, à l’eau chaude et à la cuisson, elles représentent respectivement 16, 12 et 7% des dépenses d’énergie.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc