×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Les associations d'utilité économique en quête de refonte

    Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager

    La redéfinition du rôle des associations plus ou moins impliquées dans la vie économique, la révision de leurs objectifs, de leurs moyens d'action et de leurs modes de gestion sont nécessaires.
    Ces mesures sont nécessaires au renouveau du secteur associatif au Maroc, ont estimé les intervenants à la conférence-débat organisée le 17 septembre dernier à Casablanca, sur le thème "Le rôle des associations d'utilité économique au Maroc".

    La manifestation a été organisée par la Bourse Nationale de la Sous-Traitance et de Partenariat, en collaboration avec Dyna-PME, à l'occasion du lancement de la première édition de l'Annuaire des associations d'utilité économique.
    "Les associations d'utilité économique ne peuvent plus être gérées que par le volontariat". Selon Mouhsine Ayouche, directeur de cabinet de la CGEM, les associations d'utilité économique doivent obligatoirement se professionnaliser. Pour cela, elles doivent non seulement revoir leur mode de gestion, de communication mais aussi de lobbying. "Etre lobbyiste est un métier. Il sont plus de 50000 aux Etats-Unis", ajoute M. Ayouche. Les hommes d'affaires marocains s'en sont rendus compte à l'occasion de leur visite effectuée aux Etats-Unis au mois de novembre 1995. Le voyage avait été sponsorisé par le Ministère de l'Incitation de l'Economie en coopération avec l'Agence américaine pour le développement international (USAID) et sous l'égide de la firme de conseil américaine "Chemonics international"."

    Autre information révélée par cette visite: la véritable industrie que constitue le secteur associatif aux Etats-Unis. Outre leur rôle traditionnel de concertation, les associations américaines proposent notamment des activités de service et contribuent à la création d'emplois. Le même dynamisme est constaté au niveau des associations françaises. Le secteur y emploie plus d'un million de salariés permanents ou quasi-permanents.
    D'après les intervenants à la conférence-débat, le développement des associations d'utilité économique au Maroc bute aussi sur les difficultés d'ordre juridique. "Le droit marocain véhicule encore une notion traditionnelle de l'association, qui exclut a priori du champ associatif les activités à caractère économique...". Au niveau des sources de financement notamment, la marge de manoeuvre des associations à utilité économique est étroite.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc