×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le plan CGEM
    Le Patronat adopte un nouveau mode opératoire

    Par L'Economiste | Edition N°:3341 Le 16/08/2010 | Partager

    . Une approche globale et pluriannuelle retenue. Réforme de la compensation, refonte du système de retraites, TVA, les prioritésPremière sortie médiatique de la rentrée pour Mohamed Horani, patron des patrons. Le patronat aura été le premier à prendre les devants sur les propositions fiscales pour le budget 2011. D’entrée de jeu, le président plante le décor: «comment concilier les contraintes budgétaires du gouvernement et celles des chefs d’entreprises ?». La question se pose surtout quand il s’agit, par exemple, de réduire l’IS à 25%, au lieu de 30% actuellement. Le président des patrons reste formel: «il s’agit d’un engagement pris par le gouvernement en 2007». Pour le patronat, cette réduction de l’IS pourrait être compensée par l’élargissement de l’assiette. Au chapitre des attentes fiscales qui revêtent un caractère prioritaire pour le patronat, figurent la baisse du taux de TVA, la réduction du nombre de taux, la lutte contre le butoir... Mais la nouveauté dans les propositions fiscales (version 2011) réside plutôt dans l’adoption d’une démarche globale et pluriannuelle. Une approche qui coïncide avec le lancement par le gouvernement de la réforme de la loi organique relative aux lois de finances. Des attentes qui s’articulent autour de trois thématiques complémentaires. Il s’agit des nouvelles pistes pour développer la croissance économique, la compétitivité des entreprises, les scénarios de réforme des finances publiques. (cf. www.leconomiste.com). A leur tour, ces thématiques se déclinent en priorités. Pour la Confédération patronale, il s’agit d’harmoniser les stratégies sectorielles pour prévenir les risques et de résoudre les problèmes budgétaires majeurs. Parmi ces problématiques, la réforme de la compensation. Le patronat propose, entre autres, de plafonner cette dépense à 3% du PIB et de mettre en place un système de ciblage efficient. La réforme du système de retraite est également à l’ordre du jour. Parmi les mesures proposées, l’élaboration d’une loi cadre pour harmoniser le dispositif juridique actuel, la mise en place de règles prudentielles actualisées…Après avoir transmis au gouvernement ses propositions fiscales lundi 9 août, le patronat recevra au mois de septembre Abdellatif Zaghnoun, DG de la Direction générale des impôts. Au programme, la présentation par les fédérations des doléances fiscales sectorielles. Le patronat devra par la suite faire du lobbying auprès des commissions de Finances au sein des deux Chambres du Parlement. H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc