×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Le peintre Belka sublime le Maroc profond

    Par L'Economiste | Edition N°:3343 Le 18/08/2010 | Partager

    . Les nouvelles toiles, un voyage à travers le pays et le passé. Exposition permanente à la galerie du jardin Olhao à Agadir Le marché de l’art pictural évolue très lentement à Agadir contrairement à la tendance mondiale. Et les galeries qui se comptent sur le bout des doigts dans la station balnéaire ont du mal à faire leur place dans le paysage culturel. C’est pourtant là, que continue à vivre et à produire de nouvelles œuvres, Mustapha Belkadi, appelé communément Belka. Dans sa galerie permanente au cœur du jardin Olhao, l’artiste a dévoilé récemment ses dernières toiles. Jeux d’arcs et arcades, entrée de médina… Dans ces nouvelles toiles qui traduisent un sens aigu de l’observation, on dénote une démarche particulière de l’artiste. Ici pas de référence à un courant particulier, à une école, le peintre se laisse porter par son élan, son émotion du moment et fige sur ses toiles les scènes qui l’ont frappé dans son quotidien. Beaucoup de poésie, le coup de pinceau de l’artiste est aussi suggestion. «Je ne reproduis pas, j’interprète le vécu», souligne l’artiste. Il y a ainsi beaucoup d’imagination dans les œuvres de l’artiste. Ruelles de Tetouan, fin fond de Marrakech, jour de marché à travers notamment une toile intitulé Souking day en allusion à shopping day, l’œil voyage et s’oublie à la contemplation des peintures. De fait, le peintre avec beaucoup de talent sublime les scènes du Maroc profond. Son imagination est vagabonde mais son travail reste minutieux. Une démarche qui se reflète à travers beaucoup de formes géométriques dans les toiles. Les œuvres de Belka sont aussi innovantes. L’artiste utilise le format panoramique de la photo dans sa peinture. Contrairement à certains artistes-peintres qui commencent par le figuratif avant de passer à l’abstrait. Belka a fait le chemin inverse. Reste que son penchant du moment n’est pas définitif. Le style étant le résultat de ses états d’âme. Bien que natif de Tétouan, c’est à Agadir que Mustapha Belkadi a préféré s’installer. «Cette ville est pour moi un véritable havre de paix», ne cesse-t-il de répéter à chacune de ses expositions. Titulaire d’un diplôme en arts plastiques, il a enseigné de 1982 à 1989 avant de devenir peintre professionnel. Au cours de son parcours, il a participé à de multiples expositions nationales et internationales. Rappelons qu’en 2000 à l’occasion du 40e anniversaire de la reconstruction d’Agadir, il était le lauréat du concours national pour la conception du mémorial de la ville, dédié à la mémoire des victimes du tremblement de terre. Une de ses œuvres a été retenue pour servir de motif pour le timbre édité par Barid Al-Maghrib pour commémorer la renaissance de la cité détruite en 1960.Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc