×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le mariage de la géographie et du tourisme

    Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

    Le colloque international sur "le Tourisme non littoral dans les pays en voie de développement", qui s'est tenu à Marrakech, a réunit pour la première fois géographes et professionnels du tourisme.
    Des chercheurs universitaires ont exposé leurs théories et ont mis en évidence les nouvelles orientations du tourisme. L'objectif à atteindre est un tourisme plus sophistiqué, "à la carte". L'accent a été placé sur une plus large exploitation de l'espace, sur l'aménagement d'un nouveau type d'habitat autour des sites méconnus et sur la diversification des activités offertes.
    Le but est de cibler le tourisme d'affaires, d'agrément, de thermalisme, de culture,...
    Le nombre de touristes en provenance d'Europe, d'Amérique, d'Afrique a sensiblement diminué, contrairement à celui originaire des pays du Maghreb qui augmente très nettement.

    Une nouvelle stratégie s'imposait donc :
    ·  dans le temps : le tourisme ne devant plus se limiter à la saison estivale, le tourisme hors-saison est vivement encouragé;

    ·  dans l'espace : la zone littorale étant déjà connue et ayant ses adeptes, il faut promouvoir les régions plus reculées du Royaume, attrapantes par leurs sites géographiques, historiques, leur folklore, offrant la possibilité d'exercer des activités sportives en milieu naturel (descente en canoë, spéléologie, ski, alpinisme...) car les années 90 sont dédiées à la nature;

    ·  dans l'accueil : dans certaines régions l'hébergement chez l'habitant a été préconisé.
    La CNCA accorde des crédits destinés à l'aménagement de l'habitat en milieu rural.
    Les bénéficiaires de ces crédits peuvent alors accueillir sous leur toit les touristes. Un confort minimal leur est assuré. Azilal est la zone pilote par excellence pour ces nouvelles conceptions.

    Par ailleurs, des aménagements publics sont réalisés pour développer de nouveaux créneaux :
    -Tourisme de montagne
    .On compte 104 accompagnateurs de montagne ou guides de sentier : 40 à Marrakech, 37 à Azilal, 15 à Ouarzazate, 6 à Béni Mellal... 12 appartiennent au groupe des spécialités "Canyon" et 12 au ski de montagne.
    .Gîtes d'étapes
    Une cinquantaine chez l'habitant (soit environ 750 lits) localisés principalement à Marrakech (19), Azilal (16), Ouarzazate (14).

    -Tourisme de thermalisme116 sources thermales sont répertoriées. (Fès, Khémisset, Meknès, Nador, Oujda, Sidi Kacem, Taounate, Taza, Chaouen, Ifrane). Pour certaines, des infrastructures ont été mises en place.

    -Tourisme de spéléologie.
    Le nombre de grottes s'élève à 25 et se répartit comme suit : Oujda et Taza, Béni-Mellal, Azilal, Chaouen, Benslimane, Tanger, Safi, Tiznit, Essaouira, Agadir, Ouarzazate et Errachidia).

    Nadia EL ASRI



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc