×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le marché confirme son ouverture

    Par L'Economiste | Edition N°:292 Le 07/08/1997 | Partager

    Le premier semestre 1997 a été bon pour les ventes de voitures importées montées. Les constructeurs traditionnels se concentrent sur l'utilitaire, alors que les Asiatiques confirment leur présence.


    Assez bonne évolution du marché automobile au premier semestre. Les ventes globales de voitures particulières (VP) et des véhicules utilitaires légers ont progressé de 28% en glissement annuel. Toutefois, les statistiques de l'Association Marocaine de l'Industrie et du Commerce Automobile (AMICA), le montrent, l'évolution a été négative pour les VP montées localement dont les ventes ont reculé de 6% à 8.193 unités. Aucune vente pour Renault, alors que la marque au losange en avait réalisé 108 au premier semestre 1996. Le recul a été également le lot des Peugeot dont il s'est vendu 50% de moins, 78 unités au lieu de 155. Les voitures Citroën ont par contre vu leurs ventes augmenter de 11%, mais au total le volume (20 unités) reste faible. La tendance à la baisse enregistrée par Fiat, dès le début de cette année, se confirme. Elle a été de 41% sur l'ensemble du premier semestre. Le constructeur italien, qui avait vendu 6.926 voitures économiques au premier semestre 1996, n'en a écoulé que 4.057 au premier semestre de cette année.
    Chez les membres de l'As-sociation des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés (AIVAM), l'am-biance est autre. Les ventes ont progressé de 78% à 6.772 unités. Les voitures particu-lières ont augmenté de 72% à 5.072 unités et les véhicules utilitaires légers de 97% à 1.700 unités. Toutefois, si l'on excepte les trois marques françaises, Renault, Peugeot et Citroën, la hausse des ventes des autres voitures importées montées serait de 110%.

    Ces trois marques n'ont cessé de subir l'effet de l'ouverture du marché qui, à son tour, a favorisé l'introduction de nouvelles marques, essentiel-lement japonaises et coréennes. Cette asiatisation du marché de l'automobile ne semble pas être un fait conjoncturel. En fait, les Asiatiques s'intéressent au Maroc pour y écouler des voitures, mais également pour éventuellement y installer des unités de montage comme le prévoit le groupe coréen Daewoo qui espère ainsi se rapprocher des marchés qu'il convoite, l'Afrique bien sûr, mais également l'Europe. La possibilité d'une implanta-tion est sérieusement en-visagée, a déclaré le directeur technique de Daewoo Motor Co, M. Gil-Young Jung, lors de sa visite au Maroc pour le lancement du dernier modèle de la marque, la Lanos.
    Les constructeurs français, s'ils semblent faire les frais d'une recomposi-tion du marché, ne sont pas pour autant écartés. Renault se rattrape bien sur le marché des véhicules utilitaires légers où il a pu porter ses ventes à 2.346 unités contre 729 une année auparavant, soit une progression de 222%. Citroën en fait de même avec 223% d'augmen-tation, passant de 441 à 1.423 unités. Peugeot n'a pas eu la même chance. Le «lion» n'a vendu que 62 unités contre 111 au premier semestre 1996, reculant ainsi de 44%.

    Le marché du poids lourd a enregistré une évolution contrastée. Les ventes des bus et autocars ont augmenté de 45% (360 contre 248 unités), tandis que les camions ont reculé de presque 9% (1.626 contre (1.783).
    Le marché des camions reste un marché pour les petits tonnages. 73% des véhicules vendus sont inférieurs à 13 tonnes, alors que les tracteurs routiers ne représentent que 17% du total.
    Les ventes des bus et autocars sont en majorité concentrées dans le segment autobus de plus de 40 places. Il en a été vendu 199 unités. Pour les autocars de tourisme, les ventes ont été beaucoup plus modestes avec seulement 50 unités dont une seule de moins de 25 places.

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc