×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le groupe Diac annonce une nouvelle stratégie

    Par L'Economiste | Edition N°:289 Le 17/07/1997 | Partager

    Le discret et paradoxalement très connu groupe Diac lance une nouvelle stratégie avec à la clef le changement de son identité visuelle et l'évolution de son nom.


    Le groupe, qui aura 50 ans l'année prochaine, est spécialisé dans le crédit à travers trois entités dont les compétences évoluent également avec la nouvelle stratégie:
    - Diac Maroc, qui s'occupe du crédit domestique (ménager et personnel) et qui est devenu au 1er juillet 1997 Diac Salaf; Diac Salaf est coté en bourse;
    - Diac Equipement, qui conserve son nom mais qui voit sa spécialité de crédit automobile renforcée, tant pour les particuliers que pour les entreprises. L'ensemble du financement automobile se trouvera désormais au sein de Diac Equipement. Diac Equipement est coté en bourse;
    - Diac Leasing, qui sera introduite en bourse dans les prochains mois, évoluera vers le financement du matériel industriel alors qu'elle était jusqu'ici tournée vers le financement du gros matériel roulant des entreprises.

    Diac Salaf est le navire amiral du groupe avec 68% des financements et 71% des résultats nets. Il gère quelque 40.000 clients, lesquels sont encore pour 70% des fonctionnaires et le reste des salariés du privé. L'état-major du groupe pense faire évoluer la proportion vers 50/50 entre les salariés du public et ceux du privé. «Maintenant que les habitudes sont installées, le crédit personnel et le crédit domestique sont destinés à se développer rapidement», estime M. Abdelkrim Bencherki, président-directeur général, dont la famille contrôle actuellement 60% du capital du groupe. Le reste est partagé à parts égales entre les institutionnels (Al Amane, MAMDA, CAA...) et les petits porteurs en bourse. Les titres sont très peu liquides: la rentabilité est forte et le groupe a une politique quasi systématique de distribution d'actions gratuites. Ainsi, pour l'exercice 1996, Diac-Maroc a-t-elle distribué 15DH de dividendes plus une action gratuite pour 5 détenues. Pour Diac Equipement et Diac Leasing, le dividende a été de 14DH, plus une action gratuite pour 10 détenues.

    Le groupe annonce aussi son changement de stratégie qu'il veut plus «agressive» ou du moins «plus dynamique». C'est ainsi qu'outre l'introduction en bourse de Diac Leasing le groupe marque son intention de s'associer avec un partenaire international, «de préférence francophone», précise M. Bencherki. Il note l'arrivée de Cetelem et Sofinco. «Pour l'instant, ces présences n'ont pas changé le visage du crédit à la consommation, mais cela viendra», estime le PDG de Diac, qui ne veut donc pas être en reste. En outre, le groupe annonce son intention de «sortir sur le marché international des capitaux». L'opération qui pourrait avoir lieu début 1998 sera limitée: un an revolving, «ce qui permet la couverture classique du risque de change».
    Enfin, les Diac préparent une émission de Bons de Société de Financement (BSF), pour une centaine de millions de DH dans les prochains mois.

    Nouveau logo, nouvelle force de vente


    Un carré avec deux nuances de bleu, telle est la nouvelle identité visuelle de Diac Salaf, qui efface donc le mot Maroc de sa raison sociale. «Autrefois, lorsque nous étions très liés à Diac France, le nom Maroc se justifiait, mais aujourd'hui ce n'est plus le cas, il vaut mieux annoncer dans notre nom notre activité de crédit», note M. Bencherki, PDG du groupe, vice-président de l'Association Professionnelle des Sociétés de Financement et membre du Conseil National de la Monnaie et de l'Epargne (CNME). Le nouveau logo a été dessiné par le cabinet Gilles Armand. Progressivement, ce logo remplace l'ancien. Dans le même temps, Diac ouvre des agences dans huit villes. Quatre sont déjà opérationnelles: Rabat, Kénitra, Marrakech et Tétouan. Les quatre autres seront ouvertes au cours du deuxième semestre de 1997 à Tanger, Fès, Agadir et El Jadida. Le coût de ces opérations est de 8 millions de DH.

    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc