×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Le G7 s'engage à baisser les taux longs

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Désamorcer les risques d'inflation et réduire les déficits budgétaires, telles sont les deux priorités que se sont fixées les ministres des Finances des sept pays les plus industrialisés (G7). réunis le 1er du mois à Madrid.

    Le G7 se dit en effet "préoccupé par la hausse récente en termes réels". Selon la presse étrangère, les causes de la hausse du prix de l'argent ont été examinées de près. Les Sept recommandent aux pays membres, où la croissance s'est consolidée et où la productions approche de son potentiel, "de surveiller de très près les pressions inflationnistes actuelles et potentielles". En réaction à cette recommandation, le président de la Fed, la Banque centrale américaine, a démontré, chiffres à l'appui, qu'il n'existait pas actuellement de tensions inflationnistes dans son pays. Côté déficits publics, les grands argentiers ont pris l'engagement que "la reprise permettra de réduire la composante conjoncturelle du déficit budgétaire et de créer les conditions pour la nécessaire réduction des déficits structurels".

    Les Sept se sont également penchés sur le problème de la demande de capitaux pour l'investissement. Constatant que cette demande augmente beaucoup plus dans certaines régions que dans d'autres, ils ont manifesté la crainte d'une pénurie mondiale de capitaux. Conséquence: les secteurs publics sont invités à restreindre leurs besoins de financement "grâce à un renforcement de l'assainissement budgétaire". Si tous ces engagements sont respectés, "nous disposerons d'une base solide pour des taux d'intérêt réels les plus bas et une croissance durable et non inflationniste", concluent les Sept. Les ministres prévoient en outre une réduction des déséquilibres extérieurs. C'est en fait un clin d'oeil aux excédents japonais.

    Ils ont en revanche eu beaucoup plus de mal à s'entendre sur l'émission de Droits de tirages-spéciaux (les DTS sont une monnaie panier composée de cinq devises : Dollar, Mark, Franc français, Yen et Livre sterling) qui sera limitée à 16 milliards de DTS. M. Michel Camdessus, le directeur du FMI, avait proposé d'allouer 36 milliards de DTS à l'ensemble des pays membres du Fonds mais le G7 y a mis son veto.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc