×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le dirham autorisé dans la zone franche de Tanger

    Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

    . Les transactions en monnaie nationale sont possibles depuis le 18 décembre . Les entreprises pourront installer des GAB pour leurs employés C’est un joli cadeau de fin d’année pour les entreprises installées dans la zone franche de Tanger (Tanger free zone-TFZ). L’Office des changes vient en effet d’autoriser la circulation du dirham à l’intérieur de la zone. Une circulaire a été diffusée le 18 décembre. En vertu des lois en vigueur, l’utilisation de la monnaie nationale à l’intérieur de ce périmètre est soumise aux mêmes règles du passage d’un poste frontière. C’est-à-dire avec interdiction d’exporter des billets marocains. Un important effort de lobbying a été entrepris dans le cadre de la Commission chargée de l’amélioration du dispositif incitatif des zones franches. Cette dernière regroupe, outre la TFZ, des représentants des investisseurs et le gouvernement. Ce qui peut paraître un geste simple va bouleverser la vie des comptables et des salariés des entreprises installées à la TFZ. Il sera possible aux entreprises de procéder à des règlements en dirhams au profit exclusif des résidents nationaux. Dans le cas de fournitures diverses ou de réparations, un plafond de 3.000 dirhams par opération et un montant global de 120.000 DH ont été fixés par l’Office des changes. Dans le cas des salaires, il n’a pas été fixé de limite. «Cette nouvelle donne permet de faire d’une pierre deux coups, bancariser les employés de la TFZ et mieux ancrer cette dernière dans son environnement», explique Jamal Mikou, directeur de la Tanger free zone. «Jusqu’à un passé très récent, les entreprises avaient plus de facilités pour s’approvisionner à l’étranger que chez un fournisseur local, même pour une rame de papier bureau», affirme un opérateur. Le faire payer en dirhams était beaucoup plus difficile. De la sorte, les entreprises installées à la zone franche pourront faire travailler les fournisseurs locaux. Un des objectifs de l’installation de la zone. Autre avantage de la mesure est la bancarisation des employés de la zone. TFZ emploie actuellement près de 16.000 personnes. Leurs salaires pourront être versés sur des comptes bancaires et ces derniers pourront les retirer avec des cartes de guichet. La possibilité est même offerte aux entreprises d’installer des guichets automatiques au sein même de leurs établissements. Ils seront alimentés à partir de leurs comptes de devises ou de dirhams convertibles.Mais les guichets ne pourront être utilisés que par les employés de l’entreprise et à hauteur de leurs salaires respectifs.


    60 hectares de plus en 2006

    La seconde tranche d’extension de la zone franche d’exportation de Tanger devrait être lancée incessamment. Il s’agit d’une soixantaine d’hectares qui sont destinés à épauler la centaine d’hectares déjà valorisés. D’autre part, en 2006, la zone accueillera une clinique multidisciplinaire et un parc logistique destiné au transport routier international.Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc