×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Conseil National de la Comptabilité fait peau neuve

    Par L'Economiste | Edition N°:926 Le 29/12/2000 | Partager

    . Un don de la Banque Mondiale finance la mise à niveau du CNC. Les professionnels de la comptabilité et le CDVM ont le droit de vote dans les délibérations du ConseilLa restructuration du Conseil National de la Comptabilité (CNC) est sur les rails. Une convention a été signée avec le CNC français et l'ordre des experts-comptables de l'Hexagone pour préparer l'étude qui doit présider à la réforme. Une demande a été également déposée auprès de la Banque Mondiale qui s'est engagée à financer le projet en déboursant une enveloppe de 150.000 Dollars. L'étude portera sur le cadre institutionnel et juridique du Conseil. Cela laisse deviner un éventuel cheminement vers une autonomie de l'organisme. Or, il est actuellement réduit à une cellule administrative au sein du Ministère des Finances. De même, la réforme compte ratisser large. Aussi bien l'organisation du CNC, sa logistique que la formation de ses cadres seront mises sous scanner. A cela s'ajoute une revue des normes du Code Général des Normes Comptables (CGNC). L'objectif est de mettre ce dernier en harmonie avec les procédés comptables européens. Aussi, l'une des dispositions de l'accord d'association qui lie le Maroc à l'Union Européenne, vise-t-elle à mettre à niveau le dispositif juridique et comptable. Les mêmes normes doivent présider des deux rives de la Méditerranée.Par ailleurs, pour plus d'efficience, un décret de la Primature a élargi la participation au CNC. Désormais, des professionnels peuvent siéger et voter suite aux délibération du Conseil. La transformation est de taille. Il est vrai que les professionnels ont toujours répondu présent aux travaux du CNC. Leur contribution demeurait, toutefois, consultative sans droit de vote. Ainsi, le CNC comprend entre autres sept experts-comptables, deux comptables agréés, deux enseignants, des représentants de la Bourse des valeurs et du Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières (CDVM). Cette transformation tombe à point nommé. Le Conseil vient de préparer l'ébauche d'un projet de plan comptable pour les sociétés de bourse. La complexité de la matière et de l'activité rend cette tâche ardue. Des sources proches du dossier estiment que le plan ne sera finalisé dans pas moins de six mois. Une fois officialisé, ce plan comptable devra en principe harmoniser les méthodes de travail. Il devra surtout permettre la traçabilité des opérations. Entre le donneur d'ordre et le trader, les échanges restent verbaux. La question qui se pose dès lors est celle de savoir quand faut-il comptabiliser les opérations. Pour résumer, deux solutions se présentent: soit au moment de la réception de l'ordre, soit au moment du transfert de la propriété. Le plan devra opter pour l'une des deux voies.


    Assemblée générale

    Le Conseil National de la Comptabilité tient son assemblée générale le 17 janvier prochain. Trois projets seront soumis au vote. Il s'agit du plan comptable de l'Etat et celui des coopératives. Au cours de la même séance, le décret sur les mécanismes comptables de la titrisation sera soumis au vote. Rappelons que les deux premiers projets ont été «recalés« lors de l'assemblée précédente. Des imperfections ont empêché leur passage. Pour le plan comptable de l'Etat, la question du patrimoine demeurait l'obstacle majeur. Il était facile de recenser les valeurs mobilières et participations, mais moins aisé pour le patrimoine immobilisé. K. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc