×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La semaine gastronomique : Pour promouvoir l'huile d'olive

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Couscous, pastella, méchoui, cervelle aux herbes, foie en sauce aux olives, thé à la menthe... ont été servis et dégustés par plus de 150 spécialistes de la gastronomie méditerranéenne, des nutritionnistes, des diététiciens, ainsi que différents organes de la presse écrite et télévisée internationaux spécialisés en la matière.
    La semaine gastronomique marocaine a été organisée par le Ministère de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole, le Conseil Oléicole International et Oldways Preservation & Exchange Trust du 2 au 8 octobre 1994, à Casablanca, Meknès, Fès et Marrakech. Le but était de promouvoir la consommation de l'huile d'olive et des produits de l'olive marocaine. Cette semaine a donc été axée sur l'organisation de séminaires, de symposiums et conférences sur la valeur biologique de l'huile d'olive, ainsi que sur ses effets bénéfiques sur la santé humaine. "Notre mission au Maroc est de porter à la connaissance des Américains, dont le régime alimentaire laisse à désirer, les bienfaits de la cuisine marocaine. Il s'agit de tout un processus d'éducation, qui s'effectuera en partie par la présence des nutritionnistes, des chefs cuisiniers ainsi que des journalistes experts en la matière", explique Mme Sara Baer-Sinnott, exécutive vice president de Oldways Preservation & Exchange Trust.

    "Les aliments et les modes de cuisson autour de la Méditerranée s'avèrent bien meilleurs pour la santé cardio-vasculaire que la riche alimentation normande, la cuisine à haute teneur en gras de I'Europe centrale ou encore l'alimentation américaine typique", avance le Dr Jean Mayer, ex-professeur de nutrition au Harvard School Of Public Health avant de devenir président de Trufts University. L'utilisation, dans les pays méditerranéens, des légumes, des huiles, des agrumes, des fruits, des herbes, des oignons, de l'ail et des épices... "assure la diversité des recettes et des saveurs sans avoir recours aux mets à haute teneur en gras saturé, en cholestérol ou en sucre pour réveiller les palais blasés", ajoute-t-il.

    Parallèlement aux activités culturelles, scientifiques et économiques de la semaine, des démonstrations et des dégustations ont été organisées, l'objectif étant de faire ressortir les spécificités et les caractéristiques de l'art culinaire marocain et de la diète alimentaire à base d'huile d'olive. A Casablanca, des variétés de mets marocains, comprenant des mets juifs-marocains, ont été préparés par des chefs cuisiniers de la ville assistés par des étudiants et membres de la Faculté de l'Ecole de Cuisine Touarga de Rabat. Il s'agit de la seule école de cuisine professionnelle consacrée à l'enseignement de la cuisine marocaine.

    Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc