×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La sécurité aiguise les appétits

    Par L'Economiste | Edition N°:3429 Le 22/12/2010 | Partager

    . L’offre s’intensifie. Mais la qualité ne suit pas Voilà un secteur en progression, avec ses clients, ses fournisseurs et même son salon. La sécurité est incontestablement une activité porteuse. Après les attentats du 16 mai, l’incendie Rosamor, les tentatives de hold-up dans les agences bancaires, la prise de conscience des enjeux de la sécurité est bien réelle. Sécurité expo, qui s’est tenu du 15 au 18 décembre au parc de l’Ofec de Casablanca, a permis de donner une idée sur les produits et solutions disponibles dans ce marché.De la caméra qui vous permet de suivre ce qui se passe dans votre domicile depuis votre téléphone portable, jusqu’aux logiciels de simulation de conduite routière, en passant par les classiques c’est-à-dire les tenues de protection, les détecteurs de fumée, le salon était plein d’innovation. D’ailleurs, «c’est cette vitrine qui pourra révéler toutes les tendances et potentialités du secteur et les rendre plus perceptibles», affirme Abdelmajid Benmoussa, commissaire général du salon. Seul bémol, une présence timide des entreprises opérant dans le volet de la sécurité information avec uniquement 2 exposants. «Plus vous montez dans l’intention de nuire plus la technologie à elle seule devient insuffisante», affirme un exposant. Pour ce faire, la clé de la sécurité est la combinaison de l’humain et la technologie. Ce salon ne cible pas uniquement la sécurité mais aussi la sûreté qui, elle, porte sur la lutte contre la malveillance. Une activité qui enregistre l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché marocain et une forte demande.Avec 75% d’exposants marocains, la présence étrangère n’a pas été si timide que cela avec 8 entreprises françaises et aussi une compagnie sri-lankaise qui opère dans la fabrication des gants de travail professionnels. L’autre enjeu de ce salon est la démocratisation de l’offre de sécurité. Dans ce sens Altaens qui produit des outils de vidéosurveillance déclare être franco-chinoise, en alliant la qualité européenne et le faible coût de la main-d’œuvre chinois. Le salon enregistre également la participation des prestataires de services comme les cabinets d’études. «Les bureaux d’études font économiser beaucoup d’argent au client», selon Mehdi P. Meurger, expert en sûreté et sécurité. Dans le même sens, Benmoussa affirme que «bon nombre d’entreprises ont échoué dans la mise en place de leur système de sécurité parce qu’ils n’avaient pas fait d’étude».Le principal problème du secteur de la sécurité est la concurrence asiatique, qui met sur le marché marocain des produits à bas prix et de mauvaise qualité, explique un exposant. Ainsi plusieurs entreprises réclament la mise en place de bureau de contrôle de la qualité des produits de sécurité importés. L’ensemble des participants sortent grandement satisfaits du salon et surtout avec beaucoup de promesse de contrats.IL. B et M. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc