×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La Russie décide d'un embargo sur l’export du blé

    Par L'Economiste | Edition N°:3335 Le 06/08/2010 | Partager

    . La production mondiale est évaluée à 23 millions de tonnes de moins . Crainte exagérée sur une crise alimentaireLes prix du blé flambent. Ils ont atteint, depuis le début de semaine, leur plus haut niveau sur le marché à terme de Chicago. Le contrat de blé pour livraison en septembre a bondi de 45,75%, soit près de 7%, à 7,2575 dollars le boisseau (environ 25 kg). Il a atteint en séance 7,29 dollars, un prix plus vu depuis septembre 2008. Il affiche désormais une hausse de plus de 50% depuis fin juin.La panique est-elle installée? En tout cas, les opérateurs craignent que la sécheresse qui touche la Russie ne la contraigne à réduire ses exportations. La Russie est le troisième exportateur mondial de blé. Les blés russes sont aussi les moins chers du marché. Moscou a reconnu que sa récolte de céréales oscillerait entre 70 et 75 millions de tonnes contre 97 millions en 2009. De quoi nourrir les spéculations sur une relative pénurie de céréales au niveau mondial. Hier, la Russie a décidé d’introduire jusqu'à la fin de l'année un embargo sur les exportations de blé et de produits dérivés en raison de la chute des récoltes due à la canicule. Le monde est-il sur le point de vivre une réédition de la crise alimentaire d’il y a deux ans? Rien n’est moins sûr. Une période prolongée de sécheresse mais aussi d’intempéries a sensiblement réduit les perspectives, indique le Conseil international des céréales dans son dernier rapport. Selon les prévisions, la production de blé et de céréales secondaires est désormais évaluée à 23 millions de tonnes de moins qu’avant, à 1.753 millions, en retrait par rapport au quasi-record de 1.782 millions enregistré l’an dernier. Les prévisions de production mondiale de blé en 2010 sont rognées de 13 millions et placées à 651 millions de tonnes (677 millions). De leur côté, les stocks mondiaux de report de céréales en 2010/11 sont placés à 18 millions de tonnes de moins qu’avant, à 369 millions. Cela fait 21 millions de tonnes de moins que les stocks de report estimatifs 2009/10. A signaler que les échanges mondiaux de céréales en 2010/11 (juillet-juin) sont estimés à 234 millions de tonnes. Un niveau presque inchangé par rapport au mois de juin. A noter que les prix internationaux du riz ont encore perdu du terrain. La production mondiale du riz en 2009-2010 a reculé de 1% (à 441 millions de tonnes).F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc