×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    La politique audiovisuelle après le rachat de 2M : Le PAM recomposé dans "la continuité"

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager


    La prise de participation de l'Etat dans le capital de 2 M a mis sous les projecteurs le projet de réforme de l'audiovisuel. Son promoteur affirme le concevoir dans "la continuité". Malgré les assurances verbales, le personnel de 2 M est dans l'expectative.


    Ceux qui s'attendaient à l'annonce du contenu du projet de réforme de l'audiovisuel, ne serait-ce que ses grands axes, sont restés sur leur faim. Il faudra attendre la présentation du projet de loi devant le Conseil de gouvernement et son passage devant la Chambre des Représentants pour en connaître les détails.
    Ce qui est sûr, c'est que la recomposition du PAM (paysage audiovisuel marocain) se fera sur la base de la continuité, recentrée autour d'une nouvelle synergie entre les deux chaînes TVM et 2M après le passage de cette dernière dans le giron de l'Etat. Si le ministère de la Communication inscrit son action pour une meilleure maîtrise du PAM, il envisage de le moderniser afin de faire face à l'invasion des images venues d'ailleurs et dont il est impossible de contrôler les flux. Cette vision de restructuration aboutira ainsi à une meilleure qualité des programmes proposés pour que les téléspectateurs cessent d'être des consommateurs passifs, précise le ministre.
    Les deux chaînes diffuseront en clair, conservant chacune sa spécificité et son style. "Ce qui est recherché est l'émulation entre les deux chaînes afin de mettre à la disposition du téléspectateur un choix varié de programmes, dit le ministre. De même, les programmes de TVM diffusés actuellement par Eutelsat seront développés et renforcés par ceux de 2M .
    Pour parvenir à ce stade, le ministre de la Communication envisage de développer une "coordination suffisante entre les différentes composantes du PAM", à savoir la RTM, 2M, le Service Autonome de Publicité (SAP), le Centre Cinématographique Marocain (CCM), le bureau des droits d'auteur, le Ministère de l'Education Nationale...
    Une prochaine loi sur la publicité transformera le SAP en une société. Cette nouvelle entité régulera ce secteur dans la perspective d'un réaménagement des tarifs qui tiendront compte tant des besoins en publicité des grandes entreprises que de ceux des PME.

    2 M en question


    L'essentiel de cette rencontre du ministre de la Communication avec la presse a porté sur le dossier de 2M et les conséquences de la prise de participation de l'Etat à hauteur de 70% dans le capital de la SOREAD (Société de Réalisations Audiovisuelles), initiatrice et gérante de la chaîne cryptée. Les journalistes de 2M venus en force s'enquérir du sort que la nouvelle autorité de tutelle ne manquera pas de leur réserver. Les réponses du M. Alaoui M'Daghri aux diverses interrogations soulevées s'inscrivent dans le registre de la continuité. A ce titre, il a tenu à les rassurer que les acquis et les rémunérations du personnel seront conservés. De même, la ligne éditoriale de la rédaction restera intacte. Il s'agit de consolider et développer les acquis, dit-il. L'inquiétude s'est également manifestée sur une éventuelle disparition des émissions réalisées en direct pour les voir progressivement céder la place au différé, pratique régulière et constante de sa sur jumelle la TVM. Sur ce registre, le ministre déclare que la diffusion des émissions en direct sera maintenue. Il précise cependant que le PAM devra être codifié et un éventuel dépassement du cadre réglementaire sera tranché par la Justice. De même, un cahier des charges définira les droits et obligations des deux parties.

    L'inconnue de la fin du mois


    Malgré les assurances formulées par le ministre et deux jours avant par M. Fouad Filali, l'ambiance dans la rédaction de 2M est à l'expectative. La fin du mois apportera les clarifications nécessaires avec la nomination du directeur général, précise un journaliste de 2M. Pour lui, la restructuration peut être perçue positivement dans la mesure où elle permet de voir plus clair. En matière d'information, "la ligne éditoriale" qui revient sur toutes les bouches n'a pas toujours été définie, avec parfois des dérapages. Avec ce chamboulement qui se profile à l'horizon, le traitement de l'information ne manquera pas de faire l'objet d'une hiérarchisation plus responsable, précise-t-il.
    Cette reprise de 2M par l'Etat est diversement appréciée. Les concernés estiment avoir évité le pire: "nous vivons toujours, nous nous attendions à une disparition", répète une employée. Une bouffée d'oxygène, renchérit un journaliste qui craignait que les lumières du bâtiment de verre de Ain Sebâa ne s'éteignent définitivement.
    Ce sentiment de soulagement n'est pas largement partagé à l'extérieur. Certains industriels acceptent difficilement cette nouvelle dépense de l'Etat au moment où son besoin en argent se fait sentir.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc