×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    La modernisation de la Bourse est lancée

    Par L'Economiste | Edition N°:229 Le 09/05/1996 | Partager


    M. Mohamed Kabbaj, ministre des Finances et des Investissements Extérieurs, et M. Jean François Théodore, président-directeur général de la SBF Bourse de Paris et de la SICOVAM SA, ont donné le coup d'envoi officiel des travaux de modernisation du marché en signant un accord de coopération.

    Cet accord comprend deux grands volets. Pour le premier, le consortium SBF Bourse de Paris/Sicovam, en collaboration avec les équipes constituées par la SBVC et le Trésor, se propose d'aider à l'organisation et à l'amélioration du fonctionnement de la Bourse par la mise en place d'un système de cotation électronique. Le coût de l'outil informatique, dont le pilier est constitué par un logiciel de cotation conçu par la Sicovam, devrait tourner entre 15 et 20 millions de Dirhams. Il sera financé à concurrence de 8 millions de FF (près de 14 millions de DH) par un don du Trésor français. Ce système de cotation, qui sera opérationnel 8 mois après le début des travaux, devrait sonner le glas de la criée et apporter davantage de transparence au marché.
    Le second volet de l'accord porte sur la création d'un dépositaire central qui permettra de renforcer la sécurité du marché. Cette structure devra démarrer au courant du second trimestre 1997 et consacrera la dématérialisation des titres par la mise en oeuvre d'un régime d'inscription en compte des valeurs mobilières auprès des banques et des sociétés de bourse. Une période transitoire de 6 mois sera accordée aux sous-dépositaires pour leur permettre d'inscrire les titres qu'ils détiennent chez le dépositaire central. "Le projet de loi relatif à cette structure est finalisé", assure M. Kabbaj. Au même titre que le texte de réforme du dahir de 1993 relatif à la Bourse des Valeurs de Casablanca, il devra être présenté incessamment au Parlement.
    A terme, il sera mis en place deux marchés. Un second marché offrant l'opportunité aux entreprises relativement plus petites d'accéder en bourse sera créé. Pour l'accès à ce marché, le capital libéré exigé pourrait être arrêté à 10 millions de Dirhams. En revanche, au niveau du premier marché, il devrait passer entre 20 et 25 millions de Dirhams contre un minimum de 15 millions actuellement. Dans le but de renforcer le rôle du marché central, les cessions directes seront supprimées. Un marché de blocs et un autre réservé aux transferts directs seront également instaurés.
    Du point de vue de la cotation, les systèmes du fixing et du continu seront appliqués au niveau du premier marché, dans son compartiment central, alors que pour le second marché seul le fixing s'imposera. En ce qui concerne les blocs, la cotation sera en continu sur les deux marchés. Quant aux transferts directs, ils se verront appliquer le système des déclarations.
    Point important relatif à la sécurité: une plus grande responsabilisation des intermédiaires est décidée. Dans le même sens, une garantie de bonne fin des opérations leur sera exigée.
    Reste maintenant la mise en pratique. M. Amyn Alami, président de la SBVC, a annoncé au cours d'un point de presse que son équipe s'est fixé quatre priorités.
    Premier point: amélioration du potentiel humain de la Bourse par le recrutement de nouveaux cadres. L'opération devra démarrer au cours de ce mois. Deuxième point: le principe du déménagement est retenu. Le Conseil d'Administration choisira entre l'achat de locaux neufs ou la construction d'un immeuble. En troisième lieu, la communication sera renforcée. A cet effet, "une campagne active devra être lancée d'ici la fin de l'année", indique M. Alami. Le dernier axe prioritaire porte sur le démarchage des entreprises. Des visites à toutes les zones industrielles sont envisagées. La jeune équipe dirigeante se fixe pour objectif, à l'horizon 1998-2000, de doubler les entreprises cotées, actuellement au nombre de 45. La jeune équipe dirigeante y croit et promet de hisser la SBVC "au niveau des meilleurs standards internationaux".

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc