×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    La France ferme ses frontières au boeuf suisse

    Par L'Economiste | Edition N°:260 Le 26/12/1996 | Partager

    Depuis le 20 décembre, toute importation de bovins suisses est interdite en France. Selon le ministre de l'Agriculture, cette décision fait suite au développement de la maladie de la vache folle en Suisse. Elle est également due à l'augmentation des exportations de vaches suisses en France.
    A souligner que 240 cas d'encéphalopathie spongiforme bovine ont été enregistrés en Suisse. La France est le dernier pays frontalier de la Suisse à prendre une telle décision, souligne la presse française. L'Allemagne, l'Autriche, l'Italie et les Pays-Bas ont déjà pris des mesures similaires.

    L'afflux des bovins suisses en France était dû à la fermeture des débouchés traditionnels. Quelque 1.150 bovins ont été déclarés à la douane française au mois de novembre contre 300 l'an dernier.
    Mais seuls 28 bovins sur pied ont pu franchir les frontières françaises au cours des huit premiers mois de cette année. Toutefois, ce nombre n'a pas cessé d'augmenter en passant de 123 en septembre à 652 en novembre. Les éleveurs des départements proches de la Suisse ont réclamé un «embargo» sur les vaches suisses de crainte que les bovins helvétiques ne tombent malades et jettent le discrédit sur leur cheptel. Au début, la France a réagi en renforçant les contrôles sanitaires. Mais l'afflux des bovins suisses a rendu les contrôles difficiles.
    Genève a riposté en interdisant à son tour l'importation de boeufs français. L'Union des producteurs suisses de viande bovine (UPS) a jugé la décision française comme étant «à la limite de l'hypocrisie», rapporte Les Echos.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc