×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    La Fondation ONA dévoile sa collection de Gharbaoui

    Par L'Economiste | Edition N°:3331 Le 02/08/2010 | Partager

    . Trente six œuvres du peintre resteront exposées pendant deux ans . Une belle collection de l’orientaliste Louis Morère visible aussi La Fondation ONA met à l’honneur Jilali Gharbaoui, le premier peintre non figuratif marocain. Depuis le 27 juillet dernier, elle expose à la Villa des Arts de Rabat 36 tableaux de l’artiste. «Ces œuvres resteront exposées pendant deux ans, ce qui permettra à un large public de mieux connaître l’œuvre de ce pionnier de l’art contemporain marocain», souligne Meriem Djerrari Mouline, secrétaire générale de la Fondation. «L’exposition comporte des tableaux de paysages, mais aussi différentes œuvres qui reflètent les états d’esprit où il était à chaque période de sa vie de peintre», précise Mouline. Au total, la Fondation possède plus de 50 œuvres de Gharbaoui, qu’elle n’a pas pu exposer en totalité, faute de place. Ceci étant, la totalité de ce trésor est visible à partir du musée virtuel de la Fondation. A noter que la cote de Gharbaoui n’a cessé de monter au cours des dernières décennies. Certains de ses tableaux se sont vendus récemment à plus d’un million de DH, lors de ventes aux enchères. Un succès bien mérité. Il avait osé peindre à un moment où personne ne peignait et est malheureusement resté ignoré jusqu’à sa mort sur un banc public à Paris en 1971, à l’âge de 41 ans. Aujourd’hui, son œuvre est enfin reconnue à sa juste valeur et il ne nous reste que ses tableaux pour pouvoir imaginer la vie tourmentée qu’il a vécue, et son état mental un peu dépressif. En effet, ses œuvres violentes reflètent son mal de vivre. A une époque, il fut comparé à Achtung, Klein et d’autres célèbres artistes européens des années 50-60. L’engagement de la Fondation en faveur de l’œuvre de Gharbaoui s’est traduit par ailleurs par la publication, il y a quelques années, d’un livre intitulé «Fulgurances» qui retrace la mystérieuse aventure de cet artiste. L’ouvrage est disponible en librairie ou auprès de la Fondation ONA, sur commande.  A côté des œuvres de Jilali Gharbaoui, le public pourra également apprécier 46 oeuvres du peintre orientaliste Louis Morère afin de mettre en avant un volet important de l’histoire de la peinture marocaine. Louis Morère, après avoir passé une partie de son enfance en Tunisie, se rend au Maroc en 1914. Il y passera le reste de sa vie. Louis Morère peignait souvent d’après nature des huiles sur panneau. Une cinquantaine de pièces seront exposées. Cette collection a fait l’objet d’une donation à la Fondation ONA en 2008 de la part de Charlotte Monto, fille du peintre. Cette dernière a cédé à la Fondation 72 œuvres de son père, qui aimait le Maroc et qui souhaitait partager ses œuvres avec le public marocain. Les œuvres resteront exposées dans une salle consacrée de manière permanente à cette donation. Les 26 autres pièces seront visibles lors du prochain changement de l’exposition permanente de la Fondation ONA. En attendant, le public peut avoir accès à l’ensemble de la donation en visitant le musée virtuel de la Fondation. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc