×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La Fed prête à racheter de la dette publique

    Par L'Economiste | Edition N°:3339 Le 12/08/2010 | Partager

    . Les mesures pour soutenir l’économie américaineLa banque centrale des Etats-Unis (Fed) vient d’annoncer qu’elle réinvestirait ses liquidités issues des obligations adossées à des prêts hypothécaires et de titres de dette d’agences pour acheter des obligations d’Etat américaines. Elle relance ainsi sa politique d’«assouplissement quantitatif». De quoi maintenir les taux d’intérêt à long terme à un bas niveau. La Fed a constaté que le rythme de la reprise avait ralenti ces derniers mois. Elle a décidé de réactiver son soutien à l’économie américaine.. DispositifLa Fed réactive un outil qu’elle a employé entre le printemps et l’automne 2009. Il s’agit de l’achat aux banques de titres de dette de l’Etat fédéral. Ces banques pourront donc céder ces bons du Trésor contre des billets. . MontantIl sera déterminé pour maintenir à un niveau stable le montant total des titres détenus par la banque centrale, légèrement au-dessus de 2.000 milliards de dollars. Dans le détail, si Fannie Mae rembourse à la Fed 1 dollar de dette, la Fed achètera 1 dollar de dette de l’Etat fédéral. Si l’Etat fédéral rembourse 1 dollar, la Fed continuera à racheter 1 dollar de sa dette. Ainsi, le rythme de ces achats devrait être plus faible que celui de 2009 où ils avaient atteint 300 milliards de dollars.. ProcédureDirectement, la Fed injecte des liquidités dans le système bancaire. Elle évite que l’arrivée à maturité de titres qu’elle détient n’aboutisse à de la destruction de monnaie, qui serait néfaste dans la conjoncture actuelle. Indirectement, elle veut influencer les taux d’intérêts. Nombreux sont les taux aux Etats-Unis corrélés au rendement des bons du Trésor, dont ceux des prêts immobiliers.. Les gagnantsA court terme, les détenteurs des titres visés (bons du Trésor avec une maturité de deux à dix ans) ont vu leur valeur grimper. A plus moyen terme, les ménages qui projettent un emprunt immobilier devraient bénéficier de taux d’intérêts très avantageux, comme plus généralement tous les emprunteurs (entreprises, Etats fédérés) jugés fiables.. Les perdantsLes partisans au sein de la Fed de mesures plus énergiques et ceux qui craignent un risque de déflation. Ils devraient continuer de plaider pour une relance plus spectaculaire si la reprise flanche encore aux Etats-Unis.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc