×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La facture Lyonnaise des Eaux est là

    Par L'Economiste | Edition N°:292 Le 07/08/1997 | Partager

    Les Casablancais devront oublier la RAD au moins pour 30 ans. La Lyonnaise des Eaux de Casablanca est leur nouvel interlocuteur. Sa première préoccupation, le service à la clientèle. Une direction y est affectée.


    «Lyonnaise des Eaux de Casablanca, bonjour!». Ne décrochez pas, il s'agit bien de l'ex-RAD. Désormais, les Casablancais devront se familiariser avec la Lyonnaise des Eaux de Casablanca qui se substitue le 1er août à la RAD. Dès début septembre, ils découvriront également leur première facture Lyonnaise des Eaux pour leur consommation du mois d'août. Cette facture ne diffère pas de celle de la RAD, sauf qu'elle portera l'entête «Lyonnaise des Eaux de Casablanca». Depuis le 1er août, en effet, le groupe français a repris la gestion déléguée de l'eau, de l'électricité et de l'assainissement de la ville de Casablanca, sous le contrôle de la Communauté Urbaine de Casablanca (CUC). Cette prise d'effet du contrat a eu lieu à 0h00 GMT. A cette heure précise, l'équipe s'est mobilisée pour relever les 30 compteurs d'eau potables et les 8 compteurs d'électricité alimentant la ville, pour occuper dès le lendemain les bureaux du 48 rue Mohamed Diouri. «Les usagers ne doivent pas se rendre compte du changement», explique M. Gérard Payen, directeur à la Lyonnaise des Eaux. La passation des clés se sera «faite finalement dans un délai plus court que celui prévu», ajoute-t-il. «A peine 3 mois se seront écoulés entre la signature du contrat et sa prise d'effet», indique-t-il.

    Hausse modérée et progressive


    En réalité, les négociations de ces dernières semaines auront été laborieuses comme celles d'ailleurs qui avaient animé toute la période de discussions du contrat. La signature par le gouvernement le 28 juillet 1997 du décret homologuant les hausses des tarifs de l'eau et l'électricité du contrat de concession a mis fin au dernier blocage. Le nouveau propriétaire des lieux a du pain sur la planche. Il a décidé dès son entrée de mettre l'accent sur la qualité du service. Une équipe d'une centaine de personnes coiffée par M. Christian Policard, le directeur de Clientèle, n'aura pour tâche que d'être au service de la clientèle. «Cette Direction Clientèle n'existait pas auparavant», souligne M. Guy Canavy, le nouveau directeur général de la Lyonnaise des Eaux de Casablanca. Cette Direction est subdivisée en deux divisions: Industriels et grand public. Côté organisationnel, l'objectif est de faire tomber les cloisonnements et de mettre fin progressivement à la bureaucratie. «La Lyonnaise des Eaux de Casablanca s'engage comme promis à la reprise du personnel», est-il indiqué.

    A travers ce contrat, la Lyonnaise des Eaux de Casablanca reprend donc les activités de la Rad sur une période de 30 ans. Pour l'eau et l'assainissement liquide, l'accord de gestion déléguée concerne la totalité de la Wilaya de Casablanca, soit 23 communes de la Communauté Urbaine et 15 communes voisines, en totalité 400.000 abonnés répartis sur 1.000 km2. Les chefs de file pour cette partie sont la Lyonnaise des Eaux et Agbar.

    L'électricité est prise en charge par Elyo, EDF-International et Endesar et concerne 470.000 abonnés entrant dans le périmètre de la CUC. La Lyonnaise des Eaux s'engage également sur des investissements de 30 milliards de DH, affectés à 54% à l'assainissement, 30% pour l'électricité et 16% à l'eau potable. En contrepartie, la Lyonnaise des Eaux se voit accorder des augmentations de tarifs «modérées et progressives» à partir de la deuxième année. Les hausses prévues pour l'eau potable sont de 86 centimes. Les hausses initialement prévues pour l'électricité avaient suscité de vives réactions auprès du patronat. Aussi ont-elles pu être limitées à 7 centimes. Quant à l'assainissement, les augmentations s'échelonnent jusqu'à la 5ème année et s'élèvent à 66 centimes. Ainsi, l'évolution des prix est désormais connue à l'avance.
    Le capital de la nouvelle société est de 800 millions de DH. La Lyonnaise des Eaux est majoritaire à travers sa participation de 35% et celle de sa filiale Elyo 24%. Le reste du capital est partagé entre EDF-International (18%), Endesar (18%) et Aguas de Barcelona.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc