×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La CNIA étoffe son portefeuille-produits

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    La CNIA vient de lancer une multirisque habitation "«Arraha». Selon la compagnie, le produit est destiné à une cible potentielle comprenant 600.000 personnes.


    La Compagnie Nord-Africaine et Intercontinentale d'Assurances (CNIA) met sur le marché un nouveau produit multirisque habitation, appelé «Arraha» (tranquillité).
    Si le produit comporte les garanties traditionnelles offertes par la concurrence (incendie, vol, bris de glaces, dégâts des eaux), Arraha se démarque en élargissant la couverture aux antennes paraboliques et au refoulement des eaux, sans surprime. A noter que cette dernière garantie est généralement exclue des contrats. Les primes calculées, qui dépendent de la valeur à assurer, varie (hors garantie-décès) entre 341 et 2.336 DH.
    Pour la compagnie, l'objectif est de dynamiser la niche de multirisque habitation, très peu développée jusqu'ici. Celle-ci contribue seulement pour 1,2 million de DH au chiffre d'affaires de la CNIA (données du 31 décembre 1996).

    Pour le lancement de son produit, l'assureur s'est fait assisté par l'agence-conseil Energy dans la définition de la stratégie de communication. Le positionnement du produit s'appuie sur la notion de tranquillité. D'où le nom d'Arraha. Le souci de positionnement apparaît aussi à travers le style d'exécution du message publicitaire conçu autour du produit. Des dessins mettent en scène, sans que le message ne soit dramatique, des situations de sinistres: une maison en flamme, un ballon brisant une fenêtre, une maison inondée ou encore un voleur cambriolant une maison. Le voleur semble plutôt «sympa» alors que la maison inondée semble sortie tout droit d'un livre de bandes dessinées. «Un ton très sérieux risquait d'être mal perçu par la cible. Nous avons tenu à faire en sorte que le message soit à la fois convivial et didactique», explique M. Charaf Bennani, directeur de l'agence Energy.
    S'agissant des médias, le choix s'est porté sur la presse écrite «plus adaptée pour ce genre de produit». La campagne média sera appuyée par des opérations de marketing direct et de télémarketing qui concerneront au total, 3.000 personnes dont 1.000 clients CNIA. «Ce genre d'actions est approprié pour des produits qui ne s'achètent pas de manière impulsive», assure M. Bennani. C'est le cas des produits d'assurance.

    Le marché potentiel de la multirisque a été estimé à 600.000 personnes propriétaires et locataires, selon les études menées par la compagnie.
    La commercialisation de la multirisque Arraha se déroulera, dans un premier temps, à travers le réseau de distribution traditionnel: 45 agents et 70 courtiers(1).
    Il est signalé que les clients pourront directement souscrire les contrats auprès des intermédiaires.

    (1) Ce chiffre ne concerne que les courtiers qui commercialisent des produits risques divers.


    Les garanties


    LA nouvelle multirisque habitation de la CNIA propose 9 types de garanties: incendie, vol, dégâts des eaux, bris de glace, responsabilité civile, assistance judiciaire, accident de travail du personnel de maison, assurance-voyages et en option, l'assurance-décès accidentel. Par rapport à une multirisque traditionnelle, Arraha se démarque notamment par les couvertures «antennes paraboliques», intégrée dans la garantie bris de glaces et «refoulement des eaux». A noter que les antennes paraboliques sont assurées contre le bris accidentel, sous réserve d'une «déclaration expresse» aux conditions particulières du contrat et à concurrence de 1.500 DH seulement. La garantie «refoulement des eaux», elle, fait généralement partie des exclusions ou alors est proposée moyennant surprime. Arraha l'a intégrée dans la couverture dégâts des eaux. Les responsables de la CNIA expliquent les raisons de cet aménagement. «A la suite des inondations de l'année dernière, beaucoup de clients ont proposé de voir couvrir une telle garantie. Nous en avons tenu compte lors de la conception du produit».

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc