×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    La clémentine de Berkane consacrée

    Par L'Economiste | Edition N°:3341 Le 16/08/2010 | Partager

    . Enfin le label «indication géographique protégée». Absence de pépins, couleur orange rougeâtre et feuillage assez petitLa «clémentine de Berkane», produit de renommée portée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, est aujourd’hui labellisée IGP (indication géographique protégée). Pas de confusion, les critères d’évaluation de ces fruits sont désormais définis par le cahier des charges publié au bulletin officiel du 5 août 2010.Pour bénéficier du label, les opérations de production, de récolte et de conditionnement du fruit doivent être réalisés dans les communes de Boughriba, Schouihya, Zegzel, Aghbal, Laâtamna, Fezouane et Madagh. Le fruit est issu exclusivement des deux variétés de clémentiniers à savoir, le clone de Berkane et la Nulès de la famille des rutacées «citrus clementina» genre citrus. Outre l’absence de pépins, la qualité particulière de ces fruits s’exprime par la couleur, la saveur, le taux de sucre et la quantité du jus. Ces fruits sont de forme variable mais généralement aplatie du côté du sommet et arrondie à la base. Elles sont caractérisées par un feuillage assez petit et une vigueur moyenne. Une clémentine de Berkane a une peau non adhérente de coloration orange rougeâtre, et une pulpe juteuse avec un pourcentage de jus variant de 40 à 56%. La période de maturation de ces agrumes s’étend entre le début du mois d’octobre et le début du mois de janvier de l’année suivante. La taille des clémentiniers doit être réalisée annuellement selon la «forme d’entonnoir» pratiquée dans la région pour permettre une bonne pénétration de la lumière à l’intérieur des arbres et doit être effectué par un personnel qualifié. La cueillette doit avoir lieu une fois le pourcentage du jus est supérieur à 40%. L’application des engrais minéraux dans cette culture, doit être déterminée par des analyses du sol et des feuilles. Les pulvérisations des régulateurs de croissance doivent être appliquées au moment de la floraison et du grossissement des fruits. L’irrigation doit se faire selon un calendrier établi à cet effet en concertation avec l’association des producteurs d’agrumes et les groupements d’exportation. Le respect des clauses du cahier des charges sera contrôlé par l’organisme certificateur Normacert chargé de délivrer les certificats de labellisation à ce titre. Après avoir été certifiés, les produits porteront des étiquettes mentionnant le label IGP, le logo officiel et la référence de Normacert. Le but de cette certification est d’informer et protéger le consommateur ainsi que le producteur exportateur. Il s’agit d’une procédure de sauvegarde, de valorisation agricole et de promotion commerciale au niveau local et international, qui vise le développement et la préservation de la biodiversité. Intissar BENCHEKROUN

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc