International

La Banque mondiale investit pour le solaire thermique

Par | Edition N°:3168 Le 11/12/2009 | Partager

. Un engagement de plus de 5,5 milliards de dollars . Cinq pays arabes dont le Maroc concernésLa Banque mondiale (BM) vient d’annoncer un investissement de plus de 5,5 milliards de dollars destiné à soutenir la construction de centrales solaires thermodynamiques dans cinq pays arabes. Le Fonds pour les technologies propres, qu’elle pilote avec d’autres institutions multilatérales, a décidé de consacrer 750 millions de dollars pour construire onze centrales de ce type en Jordanie, Egypte, Tunisie, Algérie et Maroc en trois à cinq ans. A cette somme s’ajoutent 4,85 milliards de dollars mobilisés par d’autres investisseurs grâce à l’impulsion donnée par la Banque. Ces fonds doivent permettre la construction d’infrastructures pouvant produire «environ 1 GW» et de tripler ainsi la capacité de production mondiale des centrales solaires thermodynamiques. La Banque voit dans ce projet une occasion de «soutenir l’intégration euro-méditerranéenne au profit des pays de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient» en leur offrant la possibilité «d’exploiter l’une des principales sources d’énergie inutilisées». Après le coup de frein donné par la crise économique, le marché de l’énergie solaire connaîtra une vigoureuse reprise dès l’année prochaine. Telles sont les conclusions de l’étude de durabilité de la Banque Sarasin intitulée «l’économie solaire – reprise verte en vue». La banque s’attend à une croissance de 46% du marché photovoltaïque mondial (PV) en 2010. Les centrales solaires thermiques (CSP) ont le vent en poupe grâce à la réalisation de grands projets, par exemple dans le Sahara. Parallèlement, la production décentralisée d’énergie solaire en Europe centrale continue de se développer, tout comme les systèmes PV non connectés au réseau dans les pays méridionaux. Enfin, les capteurs solaires livrent depuis plusieurs années la plus importante contribution énergétique parmi toutes les technologies solaires. De son côté, l’industrie du photovoltaïque (PV) est à nouveau en forte expansion grâce aux efforts déployés pour réduire les coûts, à la diminution du prix des modules et au développement des canaux de distribution. Une croissance de 46% du marché mondial du PV est attendue en 2010. Cela signifie que des capacités de 8.5 GW pourraient être installées. Les taux de croissance anticipés jusqu’en 2012 oscillent entre 45% et 50%. Le Maroc importe 97,5% de ses besoins énergétiques. Mais, avec le projet de l’énergie solaire lancé le 2 novembre dernier, le pays réduira sa dépendance dans ce domaine à 85% (cf.www.leconomiste.com, du 5 novembre 2009).F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc