×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    L’Onep renforce ses investissements

    Par L'Economiste | Edition N°:3346 Le 24/08/2010 | Partager

    . Nouvelle station de traitement pour l’axe Casablanca-Rabat. Des prêts de la BAD et de la Banque mondialeAli Fassi Fihri est comblé. Plus de 4 milliards de DH, sous forme de prêts, viennent de tomber dans l’escarcelle de l’Onep. Les documents ont été signés dernièrement sous la présidence du ministre des Finances. Le premier prêt, contracté avec la Banque africaine de développement, s’élève à 2,3 milliards de DH. Ce montant servira à réaliser une deuxième station de traitement d’eau dans la commune d’Oum Azza, près de Rabat. Pour lui, ce projet vise à renforcer et sécuriser les infrastructures d’eau potable des villes situées sur l’axe Rabat et Casablanca. L’objectif est de garantir leurs besoins d’ici 2030. La station de traitement de Bouregreg qui alimente cette zone ne sera plus suffisante. «Il est impératif de réaliser une autre station à Oum Azza, dans la région de Rabat et porter l’eau à partir de 2014 à Casablanca, Rabat, Temara, Tamesna, Mohammedia, Bouznika et Benslimane», a précisé Ali Fassi Fihri. Selon lui, ce projet permettra d’améliorer l’alimentation en eau de près de 5 millions de personnes dès 2014, dont 700.000 en milieu rural. Par la même occasion, certaines conduites d’adduction de Bouregreg à Casablanca, au niveau des deux tronçons de la Gazelle et Oued Hassar, seront réhabilitées. La capacité de production globale au niveau du complexe adducteur de Bouregreg qui dessert la côte atlantique à partir du barrage de Si Mohammed Ben Abdellah, passera à 14m3/s, ce qui en fait l’une des stations d’alimentation en eau potable les plus importantes dans le monde. Avec ce prêt, la BAD est devenue le premier partenaire au Maroc dans le domaine de l’eau. En effet, ses engagements ont atteint 755 millions d’euros, soit près de 8,3 milliards de DH. Les partenaires se sont enorgueillis d’avoir traité le dossier du prêt localement au niveau du bureau de la BAD à Rabat, sans recourir au siège de la Banque.Le même jour, deux autres accords ont été passés avec la Banque mondiale, d’un montant de 218 millions de dollars, soit près de 1,8 milliard de DH. Le premier (175 millions de dollars, soit près de 1,5 milliard de DH) vise à améliorer l’accès à l’eau potable dans les régions de Nador, Driouach, Safi, Youssoufia, Errachidia et Sidi Bennour. Le deuxième (43 millions de dollars, soit près de 365 millions de DH) porte sur l’assainissement du fleuve Oum Er Rbia. Le projet a un double objectif: augmenter l’accès à l’assainissement et réduire la pollution par les eaux usées dans onze villes du bassin, particulièrement dans les provinces d’Azilal, Beni Mellal, Khouribga, Safi, Youssoufia et Settat. M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc