Culture

King Kong affiche complet

Par L'Economiste | Edition N°:2173 Le 16/12/2005 | Partager

. Entre 10 et 15.000 entrées attendues chaque semaine au Megarama . L’un des films les plus chers du cinéma, avec Titanic et Spider-Man 2Depuis la sortie de King Kong mercredi 14 décembre, le succès est au rendez-vous. Megarama, qui diffuse le film en double programmation dans ses deux plus grandes salles, a réalisé pas moins de 1.540 entrées le premier jour. Les deux séances de la soirée ont même affiché complet… «Nous nous attendons à totaliser 10 à 15.000 entrées chaque semaine pour King Kong, qui va certainement rester en salle au minimum deux mois», affirme Jamal Mehyaoui, directeur communication au Megarama. Le complexe cinématographique casablancais a organisé l’avant-première du film mardi 13 décembre, en même temps que Paris, Londres, New York… Les journalistes sont venus nombreux découvrir cette troisième version très attendue du légendaire gorille géant. Le film est une incontestable réussite! La qualité du son et de l’image, excellente, la technologie utilisée, de pointe, ainsi que les effets spéciaux contribuent à faire du film un vrai moment de spectacle… qui dure 3 heures! Il faut dire que le budget est colossal: initialement fixé à 150 millions de dollars, il s’est élevé finalement à 207 millions, dont 25 de dépassement de budget et 32 millions entièrement dédiés à la production des effets spéciaux supplémentaires. King Kong devient ainsi l’un des films les plus chers de l’histoire du cinéma, au même titre que Titanic et Spider-Man 2. Si certaines séquences auraient pu être, il est vrai, un peu écourtées, il n’en demeure pas moins que le film vaut largement le détour. Le scénario diffère peu de ceux des deux précédentes versions (sorties en 1933 et 1976), et les grandes lignes en sont sensiblement les mêmes: C’est l’histoire d’un gorille sauvage et effrayant (il fait huit mètres de haut et pèse quatre tonnes), qui tombe amoureux d’une jolie blonde (rôle interprété ici par Naomi Watts) et qui fait tout son possible pour la garder près de lui. Elle aussi s’attache progressivement à lui et de vrais sentiments vont naître entre la belle et la bête. Le domaine du Roi Kong, Skull Island, est aussi merveilleux qu’effrayant. Il grouille de bêtes sauvages terrifiantes. Au milieu d’un océan inhospitalier, les roches volcaniques et la jungle cachent aussi des indigènes en transe sanguinaire perpétuelle. Avec ce film, le Néo-Zélandais Peter Jackson réalise son rêve d’enfance. Après avoir vu vers l’âge de huit ou neuf ans la première version de King Kong, il décide de réaliser sa propre version du film. A 13 ans, le jeune Peter tente une première adaptation de King Kong, avec la caméra familiale. Devenu réalisateur, il se penche d’abord sur l’adaptation du «Seigneur des Anneaux», avant de se consacrer à King Kong, pour lequel il touche 20 millions de dollars, soit le plus gros salaire jamais versé à un réalisateur. Dans King Kong, Jackson a tenu à garder un certain réalisme. De ce fait, le film ne peut être qualifié de complètement fantastique. Au début du film, le spectateur est transporté dans le New York des années 30, en pleine dépression économique… tout ce qu’il y a de plus réaliste!L’équipe de techniciens du film a ainsi su reconstituer un New York entièrement virtuel, avec ses centaines de chômeurs affamés, ses bidonvilles et ses gratte-ciel, sans oublier son World Trade Center. Le tournage du film, qui a duré 131 jours, s’est en fait déroulé à Wellington, capitale de la Nouvelle-Zélande. Près de 1.300 techniciens y ont contribué et 7.500 figurants ont été engagés. Pour les amateurs du genre, le film est à ne pas rater…


Version jeu

Une version jeu de King Kong est née depuis peu et elle cartonne… Elle fait même partie du top ten des jeux vidéo en Grande-Bretagne. Le joueur prend la peau successivement du héros Jack (Adrien Brody dans le film) et de King Kong. En tant qu’homme, il souffre souvent dans la lutte contre les féroces raptors, chauves-souris et autres scorpions géants qui infestent les décors. En tant que Kong, il se venge allègrement. Le jeu est signé Michel Ancel, l’un des game designers les plus réputés de la planète. Au Maroc, le jeu n’est pas disponible dans les circuits officiels de distribution mais il peut être trouvé facilement à Derb Ghallef. Des magasins de jouets pour enfants pour leur part proposent des peluches et figurines représentant le gorille géant. Nadia BELKHAYAT

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc