×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Kenzi-Hôtels ouvre un «4 étoiles» à l'Oukaïmeden

    Par L'Economiste | Edition N°:310 Le 25/12/1997 | Partager

    C'est un véritable challenge que se lance la société Kenzi-Hôtels en ouvrant un hôtel sur le site de l'Oukaïmeden à 70 km de Marrakech. Coût de l'opération: 35 millions de DH. La chaîne cible la niche de tourisme de montagne et les férus des sports d'hiver.


    «A l'évocation de ce projet, beaucoup de gens nous prenaient pour des fous», affirment MM. Abdellatif Kabbaj et Rachid El Bouab, les deux patrons de Kenzi-Hôtels, société gestionnaire de la toute nouvelle unité hôtelière ouverte à l'Oukaïmeden. Mais en entrepreneurs avertis, ils n'ont pas agi en kamikazes. «Nous avions voulu sortir des sentiers battus, et croyez-nous, assurent-ils, les risques ont été bien calculés». Le responsable local de l'ONEP, qui assure la gestion de la station de ski est, lui, plutôt sceptique. «Je n'aurai jamais misé mon argent». C'est vrai qu'il faut une bonne dose d'audace pour investir dans le seul établissement hôtelier autour de cette station de sports d'hiver située à une heure de route de Marrakech. Même au plus fort des années fastes du tourisme, aucun opérateur ne s'était risqué à miser son argent sur l'Oukaïmeden.
    Dernier-né de la chaîne, le Kenzi Louka est un chef-d'uvre architectural. Classé 4 étoiles, l'établissement a coûté au total 35 millions de DH dont 32 millions pour les seuls travaux de remise à niveau. L'unité avait été rachetée à l'ONMT il y a trois ans à la suite d'un appel d'offres auquel les promoteurs étaient les seuls à concourir.

    En concurrence avec les Alpes


    Kenzi-Hôtels a voulu faire simple dans la conception de cet hôtel 4 étoiles qui comprend 99 chambres de 25 m2 et cinq suites. L'établissement est également doté d'une piscine chauffée couverte avec verrière amovible et deux restaurants. Les matériaux utilisés sont très sobres et, pour l'essentiel, acquis localement. Les skieurs et autres férus de montagne y trouveront un coin de récupération.
    La chaîne parie sur le développement de la niche du tourisme de montagne qui est en plein boom actuellement. Durant la haute saison (les trois mois d'hiver et à l'occasion des week-ends de jours fériés), la station accueille jusqu'à 4 mille personnes, indique le responsable de l'ONEP.
    L'hôtel a bâti sa stratégie marketing autour des activités sportives liées à la montagne et à la neige. Mais également les découvertes, les excursions et la remise en forme. A cela s'ajoute la proximité des greens à Marrakech. C'est la société Aventuria, spécialisée dans les sports de montagne, qui sous-traite la gestion de la partie sportive. Elle propose toute une panoplie d'acti-vités, et les touristes pourront louer l'équipement nécessaire sur place. Pour ceux qui le souhaiteront, l'hôtel offre la possibilité de consigner leur matériel sportif dans ses caves.
    La concurrence des stations européennes et françaises en particulier risque d'être très dure. Elle n'effraie pourtant pas les promoteurs qui disent compter sur l'avantage concurrentiel du Maroc au niveau des tarifs. «Le prix d'une semaine dans les Alpes françaises n'a rien de commun avec une semaine à l'Oukaïmeden», se rassurent-ils.

    L'aménagement attend


    A la Direction de Kenzi-Hôtels, on a mis tous les atouts de son côté pour réussir ce pari. C'est ainsi que la société a engagé un manager suisse pour diriger l'établissement, le pays des Helvètes étant associé aux sports d'hiver et à la montagne. La direction se fixe trois ans pour arriver à 50% de remplissage moyen de l'hôtel, taux à partir duquel le point-mort sera atteint. Pour les deux premières années d'exploitation, les prévisions sont respectivement de 45 et 48%.
    Autant elle procure des sensations, autant la montagne n'est pas exempte de risque. Et l'une des conditions de réussite pour ce type produit est la qualité des secours et la commodité d'accès au site. Chez Kenzi-Hôtels, on en est bien conscient. Des discussions sont engagées entre la Ministère de la Santé Publique et quelques opérateurs pour créer une société de transport par hélicoptères. Celle-ci devrait, le cas échéant, assurer le secours avec le maximum de diligence et pour des clients VIP, servir de moyen de transport de Marrakech jusqu'à l'Oukaïmeden.

    Reste l'épineuse question de l'aménagement de la station. Un programme de revalorisation du site financé conjointement par les gouvernements marocain et canadien est toujours dans les tiroirs. La première tranche des travaux qui devrait débuter au mois de novembre n'a pas toujours commencé. Motif, la partie marocaine n'a pas encore versé sa contribution à l'enveloppe de 13 millions de DH consacrés au projet. L'ONEP, via son ministère de tutelle, éprouverait toutes les peines du monde à convaincre les autres administrations concernées à participer au financement du projet.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc