×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Irak: les diplomates US prennent la relève

    Par L'Economiste | Edition N°:3346 Le 24/08/2010 | Partager

    . Mission: former un nouveau gouvernement. 50.000 militaires pour conseiller les forces irakiennesL’armée américaine est en train d’achever sa plus grosse opération logistique depuis la seconde guerre mondiale avec le retrait des troupes de combat d’Irak et le transport de plus d’un million de pièces d’équipement. Face à cette grande opération de retrait, une petite armée de diplomates américains se prépare à relever une série de défis pour empêcher l’Irak de se retrouver confronté au spectre de la guerre civile, à l’heure du retour des dernières unités de combat aux Etats-Unis. La tâche s’annonce toutefois périlleuse pour ces 300 diplomates, dont la sécurité sera assurée par 7.000 agents de sécurité privés. Ils devront notamment aider la classe politique irakienne à former un nouveau gouvernement, arbitrer les différends territoriaux entre arabes et kurdes, pousser en faveur d’une amélioration des services gouvernementaux et établir un schéma directeur pour les futures relations américano-irakiennes.D’après des représentants de l’administration Obama, les diplomates sont bien préparés pour une transition qui devrait s’étaler sur trois à cinq ans selon le département d’Etat : vers une relation «normale» entre les Etats-Unis et l’Irak.Ce retrait d’Irak après sept années et demie de guerre est l’un des plus grands défis logistiques que l’armée américaine ait jamais affrontés.«C’est la plus vaste opération, que nous ayons été en mesure de déterminer, depuis les préparatifs de la seconde guerre mondiale», a déclaré le général William Webster, commandant de la IIIe Armée qui supervise le retrait de l’équipement.La brigade a mené des opérations logistiques massives en Irak, en Afghanistan et dans 16 autres pays où la 3ème armée est présente.«Le gros des troupes retirées d’Irak a transité par le Koweït», a précisé le colonel Ohara. Actuellement entre 15.000 et 20.000 soldats américains se trouvent au Koweït, qui avait servi en mars 2003 de base pour l’invasion de l’Irak, a-t-il ajouté.Quelque 2,2 millions de pièces d’équipement, comprenant des milliers de chars, de transports de troupes et de camions ont quitté le pays.Cinquante mille soldats resteront en Irak après le 31 août, jusqu’au retrait total de l’armée américaine théoriquement fixé au 31 décembre 2011.Ils auront pour tâche de conseiller et d’assister les forces irakiennes, ce qui ne les empêchera pas d’être armés jusqu’aux dents et d’engager des combats si nécessaire, soulignent les officiers. I.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc