×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Inventions, pour l'argent et pour le plaisir

    Par L'Economiste | Edition N°:289 Le 17/07/1997 | Partager

    De l'eau, du feu, des gadgets utiles et d'autres qui le sont moins. Le Salon de l'invention a réuni des inventeurs de plusieurs pays venus faire valoir les derniers-nés de leurs cogitations. Visite dans la caverne.


    SI les invités ne peuvent aller aux lavabos, les lavabos iront vers eux. Bien que simple, cette invention n'en est pas moins géniale. Dans les réceptions marocaines, il est de coutume de présenter aux invités le célèbre «tass». Problème, il faut toujours qu'il y ait quelqu'un pour verser l'eau, tenir la serviette et la savonnette. C'est peut-être fini. M. Omar Azzouzi a inventé un lave-mains mobile.
    Le Salon de l'invention a encore de ses nouveautés. La troisième édition qui s'est déroulée du 3 au 8 juillet a regroupé un nombre important de créations nouvelles, a accueilli des génies de différents pays, notamment de France, Grand-Bretagne, Russie et Chine. Le Salon Mondial de l'Innovation et de l'Invention acquiert sa position de point de rencontre entre la recherche et l'entreprise. Les participants ne sont pas uniquement des bricoleurs férus de technologie, le Salon tend progressivement vers un statut de marché des inventions et des innovations.

    Mais pour le moment les inventeurs ne croulent pas sous les demandes des industriels. La majorité d'entre eux portent leurs créations de salon en salon et, signe de leur situation financière, ils présentent des cartes de visite elles-mêmes bricolées. Les cartes de visite du pauvre, comme dirait M. Jean Meunier, ingénieur agronome de son état et qui a fait de la lutte contre la désertification son leitmotiv. Grâce à un système fait de 20 inventions différentes, précise-t-il, il fait pousser des arbres dans le désert avec un minimum d'eau. Venu des environs de Nouakchott, en Mauritanie, où il a déjà réalisé des projets, il ira, juste après le Salon, à Layoun, sur demande du Ministère des Travaux Publics, pour étudier la possibilité de protection des infrastructures.
    A deux stands de lui, des inventeurs chinois présentent leur montre magnétique. Ils ont résolu la question de faire cohabiter un champ magnétique, selon eux, bon pour la santé, et les mécanismes d'une montre qui, eux, ne peuvent les supporter. Cette invention a gagné le Prix d'Or du Salon International des Inventions de Genève. Leur deuxième invention consiste en un procédé de fabrication d'objets d'art en simili-ivoire. Les produits utilisés peuvent engendrer des bénéfices de 500%, assurent les inventeurs Jiang Shan et Guo Tangqing. Voilà qui pourra intéresser.

    Le génie de Trouve-tout


    M. Abdallah Kabadi n'est pas spécialement un mécanicien, mais ses deux inventions méritent l'attention. La première satisfait parfaitement les automobilistes qui conduisent la nuit où, en situation de code, les feux ne permettent pas de bien voir la droite de la chaussée. Piétons, motocyclistes et autres usagers restent dans l'ombre, surtout quand ils n'ont pas d'éclairage. C'est un nouveau feu de croisement placé sur le flanc-arrière droit de la voiture et dont le faisceau concentré va éclairer le bord de la chaussée sans pour autant gêner le conducteur d'en face. Toujours attaché à la voiture, l'inventeur a sorti de sa boîte une pompe de vidange d'huile pneumatique.
    Sur sa carte de visite, M. Ez Zahraoui Idmouida a écrit distinctement «inventeur». Sa spécialité, ce sont les appareils médicaux, mais sa dernière trouvaille en est loin. Observant que les pèlerins ne peuvent se séparer de leur ombrelle individuelle, M. Idmouida a pensé à en faire, non seulement un parasol qui protège du soleil, mais également une source d'énergie pour recharger les téléphones portables, faire fonctionner un petit ventilateur.

    L'histoire de chaque invention est une originalité. Pour témoigner sa reconnaissance envers un monsieur qui l'avait aidé, le jeune Lahoucine Soufi a inventé la moto pour handicapés en transformant un scooter. Il lui a ajouté une roue, mis le moteur sur le côté droit et apporté des aménagements mécaniques pour faciliter l'utilisation de l'engin. Coût de l'opération: 4.000 Dirhams pour les pièces auxquelles il faut ajouter la main-d'uvre.
    Les enfants qui connaissent Trouvetou, l'inventeur irremplaçable de l'oncle Picsou, ont eu leur part de ces créations. M. M'Hammed Lachkar, ingénieur en textile, a créé pour eux un jeu éducatif centré sur la prévention routière que beaucoup ont trouvé génial. M. Lachkar, qui n'a pas encore trouvé preneur à sa nouveauté, essaie de séduire le Comité National de la Prévention des Accidents de la Circulation (CNPAC).

    Hakim ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc