×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Immeubles "intelligents"

    Par L'Economiste | Edition N°:144 Le 08/09/1994 | Partager

    Un bâtiment comporte souvent plusieurs installations : matériel informatique, télé phone... Le câblage doit être réalisé en adéquation avec l'ensemble. La tendance est de s'orienter de plus en plus vers les immeubles "intelligents".

    Le câblage d'un réseau est un investissement onéreux et stratégique pour l'entreprise. C'est de lui que va dépendre la qualité du transfert d'informations pour plusieurs années

    Le câblage, pour des raisons d'efficacité, exige une étude sérieuse des applications et des activités de l'entreprise. Jérôme Le Bourgeois(1), spécialisé dans les systèmes de câblage et les réseaux, propose trois recommandations essentielles. Selon lui, la priorité est à donner à un système normalisé, ouvert, avec une pérennité maximale.

    La première recommandation consiste à s'appuyer sur un système normalisé. Qu'il s'agisse d'un réseau de types Token Ring ou Ethernet, l'institut IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) a défini les principes de base pour véhiculer l'information. Ainsi, la norme 802.3 pour les réseaux Ethernet 10BaseT comporte des variantes qui définissent le type de câble utilisé à une vitesse de 10Mbps. La dénomination 802.3 10BaseT suppose l'utilisation de paires torsadées non blindées.

    La prudence est de rigueur

    Dans l'architecture Token Ring, issue d'IBM, la normalisation prend l'appellation 802.5 et sa vitesse est de 4 ou 16 Mbps.

    Une autre solution est proposée pour des installations économiques ou des solutions haut débit à 100Mbps, c'est le 10Base2 avec l'utilisation d'un câble coaxial fin. Ce système garantit une durée de vie de dix ans pour le câblage.

    La deuxième recommandation est qu'indépendamment des normes la prudence est de rigueur. La tentation peut être forte de faire fonctionner à partir d'une même installation, en plus du matériel informatique, le téléphone, la vidéo...Il est donc impératif que le câblage soit en parfaite adéquation avec l'ensemble.

    Dernière recommandation, selon cet expert : il faut trouver le bon interlocuteur pour réaliser ce câblage. Il est conseillé de se tourner vers des installateurs agréés par de grands constructeurs ou opérateurs (IBM, Bull, AT&T...). En effet, ces derniers disposent des formations adéquates.

    La durée d'un câblage est d'environ une dizaine d'années, selon la norme américaine EIATIA 568 (qui a servi à l'élaboration de la norme ISO) et il s'amortit sur 5 ans.

    Un coût différent selon le type d'installation

    Les matériaux utilisés sont classés en trois couches OSI (Open System Interconnection) principales, sur sept au total.

    La première concerne le câble, qu'il soit en cuivre ou en fibres optiques, et les répartiteurs.

    Le système de câblage qui domine le marché et qui progresse le plus actuellement est le "non écranté, non blindé."

    La seconde comporte les cartes adaptateurs, ponts (rend la compatibilité possible entre les systèmes) et autres hubs (équipement qui permet de relier plusieurs adaptateurs à une même sortie).

    La dernière englobe l'interconnexion des réseaux avec filtrage des protocoles à l'aide de routeurs.

    L'estimation du coût va donc dépendre du matériel employé par l'entreprise et de la nature du bâtiment et des besoins dans chacune des catégories.

    S'il s'agit d'installations informatiques traditionnelles, type 3270 d'IBM ou AS400, une adaptation particulière s'impose.

    Les signaux doivent en effet être préparés pour voyager sur le câblage. Il nécessite l'utilisation des adaptateurs d'impédance.

    Dans le cas d'un réseau local de type Token Ring qui peut se trouver parfois en présence de câble blindé de 150 ohms, il faut également faire appel à des adaptateurs en filtre de type III permettant de redescendre à hauteur de 100 ohms.

    Dans l'hypothèse, enfin, d'un réseau local de type Ethernet, l'accès est direct.

    Rewriting L'Economiste

    (1) Responsable technique pour la France de la Société Anixter partenaire technologique au Maroc d'Intelcom. Il est spécialisé dans les systèmes de câblage et les réseaux.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc