×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Idéale-Salimagraph, premier pôle d'imprimerie

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    A la mi-décembre devra être achevé le processus de fusion-absorption de Salimagraph par Idéale. Ce regroupement met la nouvelle entité en tête des imprimeries installées au Maroc. Un protocole d'accord a été signé début septembre pour arriver début décembre à la formation d'une société unique qui regroupera Idéale, filiale à 100% de l'ONA, et Salimagraph. Cette dernière lancée en 1993 a été créée par Salima Holding (45%) associée à des privés et institutionnels libyens. Salima Holding est elle-même une création de la holding libyenne Lafico et de l'ODI (Office pour le Développement Industriel). Notons que Lafico et l'ONA sont déjà partenaires sur des programmes pilotés par l'ONA-Immobilier.

    A la fin de la fusion-absorption, la nouvelle entité, qui n'a pas encore de nom, sera composée à 51% de l'ONA et 49% d'intérêts libyens dont Salima Holding. Depuis le début de septembre 1994, la direction de Salimagraph est assurée par l'état-major de Idéale.

    "Il s'agit d'un mariage de raison", indique-t-on auprès de l'ODI en commentant l'opération. Salimagraph avait eu quelques difficultés à démarrer en 1993: un excellent équipement par rapport à ce qui existe au Maroc, mais une situation excentrée vis-à-vis des donneurs d'ordre et des difficultés pour trouver l'encadrement et les agents de maîtrise expérimentés. Les partenaires sont d'accord là-dessus, et pour M. Mostafa Bensahhou, directeur général des deux entités, le mariage entre Idéale et Salimagraph va permettre de résoudre ce problème d'expérience et d'encadrement. M. Bensahhou ajoute que l'encadrement de Salimagraph ne sera pas touché, sauf par les possibilités de formation que donne la nouvelle entité. Idéale est une des anciennes maisons casablancaises créées au début du Protectorat et qui est passée dans le groupe qui s'appelait encore Omnium Nord Africain, au début des années 70. C'est à ce moment qu'a été ajouté à la raison sociale le nom de SNIC, Société Nouvelle d'Impressions et de Cartons.

    Idéale a cultivé, surtout depuis les années 80, les compétences d'une imprimerie de haut niveau technique. Elle a réalisé pour 1993 un chiffre d'affaires de 105 millions de DH et emploie 230 à 240 personnes suivant les saisons. Dans sa spécialité, elle est la plus importante des imprimeries marocaines. Elle dispose d'un parc machines comprenant notamment une offset feuilles avec 23 groupes d'impression, de formats allant de 0,52 x 0,72 à 1,20x1,60, et les machines de brochage, massicotage.... Les programmes d'investissements (19 millions de DH sur 3 ans) sont de continuer à renouveler son matériel et de développer sa complémentarité par rapport aux installations de Salimagraph à Settat. Idéale réalise la moitié de son CA sur l'emballage, un secteur très concurrentiel où existent un grand nombre d'imprimeries petites et moyennes. L'entreprise a développé les créneaux à valeur ajoutée plus importante: rapports d'activité des sociétés, livres, revues...

    Une partie de cette branche est maintenant dévolue aux installations de Salimagraph. C'est ainsi que le magazine de 2M, "Sur la 2", les dépliants à grands tirages... passent maintenant à Settat.

    Salimagraph avait été créée notamment pour répondre au marché libyen où elle espérait réaliser les 215 de son CA. Cet espoir ne s'est pas concrétisé au cours des dix-huit premiers mois d'exercice. M. Bensahhou a bon espoir de reprendre le projet. Salimagraph a réalisé en 1993, 13 millions de DH de CA et emploie, suivant les saisons, entre 60 et 80 personnes. Elle dispose d'une machine offset feuilles 4 couleurs, une de 2 couleurs et surtout d'une rotative 4 groupes avec un four (le premier au Maroc qui lui permet de travailler sur papier couché) et 2 dérouleurs.

    Au total, ses investissements se sont montés à 100 millions de DH. Mal adaptée au tirage presse, elle est spécialisée dans l'impression de revues; travaux de labeur et surtout livres scolaires.
    Pour l'ONA, le mariage des deux ateliers renforce le groupe dans le pôle dit "nouvelles technologies", rappelle M. Tawfiq Bennani-Smires.

    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc