×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    GDF Suez/International Power
    Le détail du projet de fusion

    Par L'Economiste | Edition N°:3338 Le 11/08/2010 | Partager

    . New International Power, 2e producteur mondial d’électricité. Le groupe français va acquérir 70% du nouvel ensemble. Résultats meilleurs que prévuC’EST officiel. GDF Suez et l’électricien britannique International Power (IP) ont dévoilé, hier mardi, les détails de leur projet de rapprochement. Ce dernier donnera naissance à une entité baptisée «New International Power». Le groupe français d’énergie va devenir le deuxième producteur mondial d’électricité derrière l’entreprise publique Electricité de France (EDF).Dans les détails techniques, le groupe français va acquérir 70% du nouvel ensemble appelé à être coté à la Bourse de Londres. Les 30% restant étant détenus par les actionnaires du britannique. Pour assurer la transaction, le géant de l’énergie français va verser un dividende exceptionnel de 92 pence par action aux actionnaires d’IP, soit un montant total de 1,4 milliard de livres (1,68 milliard d’euros). Il apporte également au britannique ses actifs internationaux de GDF Suez Energy International. Cette dernière branche sera transférée à International Power avec près de 4,4 milliards d’euros de dette nette au 30 juin 2010. Si les actionnaires d’IP donnent leur feu vert, l’opération pourrait être finalisée fin 2010 ou début 2011. Elle devrait alors se traduire par des synergies totales de 197 millions d’euros par an avant impôt, dont 75% devraient être réalisées durant la deuxième année suivant le bouclage du projet, estiment les deux groupes cités par la presse. Ces derniers misent sur ce rapprochement pour se renforcer notamment dans les pays émergents à fort potentiel comme en Asie. Sur le plan géographique, GDF Suez et IP devraient accroître leurs positions au Moyen-Orient où les deux entreprises disposent déjà des plus fortes parts de marchés. GDF Suez espère aussi se renforcer aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne où IP est plus important. L’enjeu est aussi stratégique d’un point de vue industriel pour GDF Suez. New International Power lui donne accès aux 30.000 mégawatts d’IP ce qui devrait lui permettre d’atteindre une capacité de production de 100.000 mégawatts en 2013. Premier actionnaire d’International Power, Invesco Perpetual s’est engagé de manière à voter en faveur de l’accord avec GDF Suez. Le fonds d’investissement, qui détient 11,2% d’International Power, était un des acteurs décisifs à convaincre pour le groupe de Gérard Mestrallet. En 2008, Invesco avait déjà joué un rôle clé dans l’offensive d’EDF pour prendre le contrôle de British Energy, dont ce fonds était le deuxième actionnaire.Cette annonce a été faite en même temps que la présentation des résultats semestriels par GDF Suez. Le groupe a fait état d’un résultat net part du groupe de 3,6 milliards d’euros, en hausse de 9,3%, sur les six premiers mois de l’année. Le chiffre d’affaires est quasiment stable à 42,3 milliards d’euros (+0,3%). GDF Suez a confirmé l’ensemble des objectifs qu’il avait précédemment communiqué au marché. Un Ebitda supérieur en 2010 à celui de 2009 et en croissance d’au moins 15% en 2011 par rapport à l’année dernière. La performance du groupe permet de maintenir sa structure financière solide. La dette nette s’établit à 33,5 milliards d’euros, en progression de 3,5 milliards d’euros par rapport à fin décembre 2009 en raison notamment des variations de périmètre (+ 2 milliards d’euros) et des variations de change (+ 1,6 milliard d’euros). Le taux d’endettement du groupe s’élève ainsi à 48%. Le premier semestre 2010 se caractérise par un environnement économique difficile malgré quelques signes de reprise, notamment de la demande en électricité et en gaz. En France, le groupe bénéficie notamment sur le semestre d’un hiver particulièrement froid, de la mise en oeuvre du nouveau contrat de service public pour le gaz naturel à partir du 1er avril, ainsi que du développement de la production d’électricité. Les résultats du groupe sont également portés par les activités internationales, comme en témoigne la performance de la branche Energie Europe & International, avec une croissance de l’Ebitda de + 16% par rapport au premier semestre 2009. Cette croissance bénéficie d’éléments non récurrents au premier semestre à hauteur de 160 millions d’euros.


    Les géants

    LES 10 principaux groupes producteurs d’électricité au monde, en fonction de leur capacité totale installée, exprimée en gigawatt (1 milliard de watts).1- EDF (France): 136,3 gigawatts (GW).2- GDF Suez et International Power (France): 107 GW.3- China Datang (Chine): 100 GW4- Enel (Italie): 95 GW5- Huaneng (Chine): 80 GW6- EON (Allemagne): 73 GW7- Kepco (Corée du sud): environ 65 GW8- Tepco (Japon): 64,3 GW9- RWE (Allemagne): 49,6 GW10- Iberdrola (Espagne): environ 44 GWF. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc