×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Gammaglobulines : Benslimane, Benchemsi, Himmich et le ministre convoqués en appel

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager

    Me Berrada, défendant M. Moncef Benabderrazik pour l'affaire des gammaglobulines, a obtenu auprès de la Cour d'Appel de Casablanca un premier gain de cause. La cour a en effet accepté, lors de l'audience qui s'est tenue mardi 23 avril, quatre des cinq requêtes formulées par la défense. La première concerne la convocation des témoins, à savoir les Pr: Benslimane, directeur de l'Institut Pasteur, Benchemsi, directeur du Centre National de Transfusion Sanguine, Himmich de la Faculté de Médecine de Casablanca, Janot, directeur de l'Agence Française du Médicament, Naji, médecin militaire et enseignant à Rabat; les Drs Alami, Ministre de la Santé Publique, Nezha Hda, médecin biologiste, responsable du secteur analytique à l'Institut Pasteur de Casablanca, Hammadi, secrétaire général au Ministère de la Santé Publique, Jennane, médecin exerçant dans le privé, Anne-Marie Couroucé, pharmacienne biologiste à l'Institut National de Transfusion Sanguine, Souad Sekkat, immunologiste responsable de l'unité des rétrovirus à l'Institut Pasteur, Mlle de St-Martin de l'Institut Pasteur de Paris.
    Par ailleurs, des représentants de l'Institut d'analyse espagnol Juan Carlos seront également appelés à témoigner.

    Ces requêtes, qui avaient été formulées une première fois par la défense lors du déroulement du procès de Moncef Benabderrazik, avaient été refusées par la chambre correctionnelle du TPI de Casa-Anfa.
    Outre la convocation des témoins, l'avocat de M. Moncef Benabderrazik a, dans une salle archi-comble où se sont succédés plusieurs dossiers de contrebande, demandé: le report de l'audience en appel "à quelques jours", la jonction des trois dossiers pour lesquels le pharmacien a été condamné (détention de produits périmés, importation illicite et détention de produits nuisibles à la santé), l'acceptation, dans le dossier de M. Moncef Benabderrazik, des résultats de contre-expertises fournis par les laboratoires étrangers et la liberté provisoire pour M. Moncef Benabderrazik.
    La Cour d'Appel a répondu favorablement aux trois premières demandes. Pour justifier le report, Me Berrada a précisé avoir envoyé au ministre de la Santé Publique une lettre dans laquelle il lui demandait des explications relatives à l'affaire des gammaglobulines. Le ministre "lui a répondu favorablement et promis de donner suite à sa lettre". La cour a fixé la prochaine audience au 11 juin 1996. En revanche, la demande de liberté provisoire a été refusée.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc