×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    G7: Les Etats-Unis dénoncent la morosité en Europe

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager


    L'activité du G7 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Canada et Japon) aura été dense ces derniers jours: sommet nucléaire à Moscou les 19 et 20 avril et réunion des argentiers à Washington le 21.
    Les sept ont obtenu de Moscou, mais aussi de l'Ukraine, des engagements sur la sûreté nucléaire. Il a même été fait une promesse d'"accord éternel" d'interdiction des essais nucléaires. En plus de la sécurité nucléaire, la rencontre de Moscou a été marquée, à l'initiative de M. Jacques Chirac, par la prise de position sur le Proche-Orient et le Liban.
    Concernant la réunion des argentiers, le secrétaire au Trésor, M. Robert Rubin, a exprimé son inquiétude sur la situation allemande. Il a ainsi montré du doigt le manque de croissance dans le pays et reproché à la Bundesbank sa lenteur quant à la réduction des taux d'intérêt. Pourtant, le 18 avril, la Banque centrale allemande avait fait un geste en abaissant de 0,5% ses taux directeurs. Cette détente ne devait pas être suffisante puisque M. Rubin a soulevé le problème à Washington.
    L'inquiétude des Américains est d'autant plus fondée que, dans son dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales, le FMI souligne l'impact de la morosité européenne sur la croissance mondiale. Pour assurer une relance en Europe, le Fonds, dont le comité intérimaire s'est réuni le lundi 22 avril, ne voit pas d'autres solutions que la réduction des taux d'intérêt, la manne fiscale étant épuisée du fait de l'importance des déficits budgétaires.
    Outre la morosité européenne, la réunion de Washington a été dominée par la situation économique et financière de la Russie.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc