×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    France/Retraites
    Le régime général du privé dans le rouge en 2020

    Par L'Economiste | Edition N°:3334 Le 05/08/2010 | Partager

    La réforme française des retraites vise à rétablir l’équilibre du système de retraites. En effet, le déficit tous régimes, qui était prévu à 32 milliards d’euros en 2010, doit être ramené à zéro en 2018. Ceci grâce au relèvement de 2 ans de l’âge du départ à la retraite, à de nouvelles recettes et aussi à la hausse du taux de cotisation des fonctionnaires.Ces prévisions, publiées dans l’avis de la commission des Finances de l’Assemblée nationale sur le projet de loi, sont loin d’être sans danger, «puisqu’elles montrent que le principal régime de retraite ne reviendra pas à l’équilibre, en dépit de la réforme», relève Les Echos. En effet, le déficit de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) dépassera encore 3 milliards d’euros en 2018, et atteindra 4 milliards en 2020. La CNAV concerne les 18 millions de salariés et près de 13 millions de pensionnés du secteur privé.Le compte n’est pas bon, pour Danièle Karniewicz, la présidente (CGC) de la CNAV. «Il faudra trouver des recettes supplémentaires», indique-t-elle. «La perspective d’un déficit encore élevé de la CNAV en 2020, même avec un faible chômage, pose la question de son financement», rapporte Les Echos.Il faut dire que l’équilibre global du système ne serait atteint que grâce à la CNRACL d’une part, qui gère les pensions des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers et l’Agirc-Arrco d’autre part, qui est un régime complémentaire des salariés du privé. Ces deux caisses devraient afficher des excédents à la fin de la décennie grâce à la réforme (3 milliards d’euros pour la première et plus de 2 milliards pour la seconde). En revanche, les prévisions du gouvernement pour l’Agirc-Arrco deviendront obsolètes dès la fin de l’année. Car le régime n’est pas géré par l’Etat, mais par les partenaires sociaux. Une fois la réforme des retraites votée, fin octobre, les syndicats et patronat doivent entamer une négociation sur l’avenir de l’Agirc-Arrco.M. Az.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc